Dimanche 15 décembre 2019 | Dernière mise à jour 07:44

Environnement Le Brésil n'accueillera pas la COP25 en 2019

Le pays sud-américain a annoncé qu'il renonçait à organiser le sommet du climat l'année de la prise de fonctions du président Jair Bolsonaro.

Le président élu brésilien Jair Bolsonaro.

Le président élu brésilien Jair Bolsonaro. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Deux mois après s'être réjoui de jouer un «rôle leader» sur le climat en accueillant la COP25, le Brésil a renoncé à organiser ce sommet l'an prochain sous la présidence du climato-sceptique d'extrême droite Jair Bolsonaro.

«En raison de restrictions budgétaires (...) et du processus de transition avec la nouvelle administration qui prendra ses fonctions le 1er janvier 2019, le gouvernement brésilien s'est vu contraint de retirer son offre de recevoir la COP25», a expliqué mercredi le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

Cette annonce a lieu à quelques jours du début de la COP24 à Katowice, en Pologne. Le sommet de 2019 doit avoir lieu du 11 au 22 novembre et le Brésil était le seul candidat pour organiser l'événement.

Président élu d'extrême droite il y a un mois, Jair Bolsonaro a nommé à la tête de la diplomatie brésilienne Ernesto Araujo, fervent admirateur de Donald Trump, qui a dénoncé mardi l'«alarmisme climatique» dans une tribune publiée dans le quotidien «Gazeta do Povo».

«Lamentable, mais pas surprenant»

«C'est lamentable, mais pas surprenant, que le gouvernement brésilien revienne sur son offre de recevoir la COP 25 (...) C'est probablement dû à une opposition de l'équipe du président élu, qui a déclaré la guerre au développement durable à maintes reprises», a déploré dans un communiqué l'Observatoire du Climat, réseau d'ONG basées au Brésil.

«Le Brésil retire sa candidature pour accueillir la COP25, qui avait été formalisée il y a deux mois. C'est une démonstration claire de la politique environnementale du nouveau président», a réagi Greenpeace sur Twitter. La décision de ne plus organiser la COP25 «n'est pas seulement une opportunité manquée de montrer que le Brésil est un important leader au sujet des changements climatiques, c'est une démonstration claire de la vision du nouveau président Jair Bolsonaro sur l'environnement», a commenté Fabiana Alves, porte-parole de Greenpeace au Brésil, dans un communiqué.

Le président élu a laissé entendre qu'il pourrait, sous certaines conditions, faire sortir le Brésil de l'Accord de Paris sur le climat, alors que son pays détient 60% de la surface de l'Amazonie, «poumon de la planète».

Jair Bolsonaro avait aussi déclenché un tollé lors de la campagne en promettant dans un premier temps la fusion des ministères de l'Agriculture et de l'Environnement, une décision sur laquelle il est revenu depuis. Un rétropédalage dû notamment à une pression du lobby de l'agro-business, craignant des sanctions commerciales de pays soucieux de la déforestation. (ats/nxp)

Créé: 28.11.2018, 16h58

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.