Jeudi 22 août 2019 | Dernière mise à jour 15:54

Justice Brexit: Johnson n'est plus poursuivi pour mensonge

Le conservateur britannique Boris Johnson avait déclaré durant la campagne du Brexit que le Royaume-Uni envoyait «350 millions de livres à l'UE chaque semaine».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La justice britannique a rejeté vendredi les poursuites engagées contre Boris Johnson pour mensonge pendant la campagne du référendum du Brexit. Cette décision constitue une aubaine pour l'ex-ministre des Affaires étrangères, qui brigue la succession de Theresa May.

La Haute cour de Londres a donné raison au député conservateur, qui avait introduit un recours pour empêcher ces poursuites, après qu'une juge du tribunal londonien de Westminster eut décidé la semaine dernière de le convoquer dans le cadre de ces accusations pour faute grave dans l'exercice de ses fonctions.

«Nous annulons la décision du juge (...) de délivrer la citation à comparaître», a déclaré le juge Michael Supperstone. La Haute cour n'a pas motivé précisément sa décision mais s'est déclarée convaincue par les arguments de la défense.

Facture exagérée

Boris Johnson, qui n'était pas présent à l'audience, était accusé d'avoir sciemment menti, alors qu'il était maire de Londres, en disant que le Royaume-Uni versait 350 millions de livres (440 millions de francs) par semaine à Bruxelles.

Cette affirmation avait notamment circulé dans tout le pays sur un bus rouge barré du slogan: «Nous envoyons 350 millions de livres à l'UE chaque semaine, finançons plutôt notre NHS», le service de santé public. Le charisme et la fougue de Johnson, ainsi que ses slogans simplistes, avaient largement contribué à la victoire du Brexit, voté par 52% des voix le 23 juin 2016.

Selon les chiffres de la Commission européenne, la facture nette du Royaume-Uni s'est élevée en moyenne à 135 millions de livres par semaine entre 2010 et 2014.

«Politiquement motivées»

La plainte avait été lancée par l'homme d'affaires Marcus Ball. Vendredi à l'audience, l'avocat de M. Johnson, Adrian Darbishire a dénoncé des accusations «politiquement motivées». Selon lui, la juge du tribunal de Westminster a donc commis une «erreur de droit» en convoquant son client pour une audience préliminaire, qui devait déterminer si l'affaire devait ensuite être renvoyée devant une autre cour pour être jugée.

Lors d'une audience devant le tribunal de Westminster, l'avocat de Marcus Ball, Lewis Power, avait pour sa part plaidé que «la démocratie exige un leadership responsable et honnête de la part de personnes occupant des fonctions publiques».

Boris Johnson, 54 ans, fait figure de favori parmi les onze candidats en lice pour succéder à Theresa May, qui démissionne vendredi de ses fonctions de chef du Parti conservateur, faute d'avoir pu mettre en oeuvre le Brexit, repoussé au 31 octobre. Elle assurera la transition jusqu'à la désignation, d'ici la fin juillet, de son successeur par le parti tory.

Très apprécié par les militants de la base du Parti conservateur, Boris Johnson, politicien habile et charismatique, suscite en revanche des réactions plus contrastées du côté des députés tories. (ats/nxp)

Créé: 07.06.2019, 15h54

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.