Lundi 6 juillet 2020 | Dernière mise à jour 02:24

Grande-Bretagne Brexit: le plan de Boris Johnson a été rejeté

La proposition du Premier ministre britannique Boris Johnson n'a pas convenu au Parlement européen, qui l'a rejetée jeudi.

Brexit: les scénarios possibles d'ici le 31 octobre.

Galerie photo

Brexit: le Royaume-Uni va bel et bien divorcer de l'UE

Brexit: le Royaume-Uni va bel et bien divorcer de l'UE Le Royaume-Uni et l'Union européenne ont trouvé un accord réglant les modalités de leur divorce, ce 17 octobre 2019.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le compromis du premier ministre britannique Boris Johnson sur le Brexit s'est heurté jeudi à un scepticisme grandissant de l'Irlande et de ses alliés européens. Une situation qui renforce les craintes d'un divorce sans accord dans quatre semaines.

Moins de 24 heures après la présentation par le leader conservateur de son projet pour résoudre le casse-tête de la frontière irlandaise, Londres et Bruxelles ont déjà semblé se rejeter la responsabilité d'un échec. Chacun s'est dit ouvert au dialogue mais estime avoir parcouru sa part du chemin et appelle l'autre à des efforts supplémentaires.

«Toujours pas convaincu»

Après des entretiens téléphoniques avec Boris Johnson et le chef du gouvernement irlandais Leo Varadkar, le président du Conseil européen Donald Tusk a dit n'être «toujours pas convaincu». Des réunions entre négociateurs européens et britanniques sont prévues à Bruxelles dans les prochains jours. Les Européens veulent savoir si Boris Johnson est «prêt à bouger et à agir» sur les points qui leur posent problème, a expliqué un diplomate.

«Il reste du travail à faire. Mais ce travail doit être fait par le Royaume-Uni, et non l'inverse», a indiqué une porte-parole de la Commission européenne. Plus catégorique, le Parlement européen a rejeté les «propositions de dernière minute» de Londres, estimant que «dans leur forme actuelle», elles «ne constituent pas la base d'un accord auquel le Parlement européen pourrait donner son accord», a déclaré l'eurodéputé liberal Belge Guy Verhofstadt, président du «comité de pilotage du Brexit».

Un plan «impraticable»

Venu défendre ses propositions devant les députés britanniques, le dirigeant conservateur a assuré que Londres avait «fait preuve d'une grande flexibilité». «Si nos voisins européens choisissent de ne pas montrer la même bonne volonté de parvenir à un accord, alors nous devrons quitter (l'UE) le 31 octobre sans accord», a-t-il menacé, un scénario aux conséquences économiques potentiellement désastreuses.

Le plan de Boris Johnson prévoit que l'Irlande du Nord quitte l'union douanière européenne, comme le reste du Royaume-Uni, mais que la province britannique continue à appliquer les règles européennes en matière de circulation des biens, y compris agro-alimentaires, avec la création d'une «zone de réglementation» sur l'île d'Irlande.

Cela éliminerait tous les contrôles règlementaires entre l'Irlande du Nord et l'Irlande mais cela impliquerait des réglementations divergentes entre la province britannique et le reste du Royaume. Cet arrangement devrait être approuvé par le parlement et l'exécutif nord-irlandais, tous les quatre ans, un point problématique pour Dublin car un groupe de députés ou un parti nord-irlandais pourrait mettre son véto.

«On ne peut pas soutenir une proposition qui prévoirait qu'une minorité puisse déterminer ce avec quoi doit vivre une majorité, ça ne va tout simplement pas marcher», a déclaré le numéro deux du gouvernement irlandais Simon Coveney au parlement irlandais. Il a en outre jugé que les mesures prévues pour les contrôles douaniers posaient un «véritable problème». Les propositions de Boris Johnson ont aussi été vilipendées par des entreprises d'Irlande du Nord, la fédération des distributeurs les jugeant «impraticables».

Séance animée

Déterminé à réaliser le Brexit, pour lequel les Britanniques ont voté à 52% lors du référendum de juin 2016, Boris Johnson a répété qu'il ne demanderait pas de nouveau report à l'UE, même si le Parlement a voté une loi lui imposant de reporter le Brexit s'il n'obtient pas un accord avec l'UE d'ici le 19 octobre, juste après le prochain sommet européen.

En plus de tenter de convaincre les Européens dans le peu de temps qu'il lui reste, le chef du gouvernement doit aussi obtenir le soutien des députés de la Chambre des communes, où il n'a plus de majorité. Il s'y est employé jeudi, lors d'une séance animée, reflet du climat de crise politique régnant dans le pays plus de trois ans après la victoire du «leave» («sortir») au référendum de 2016.

Face à lui, le chef du principal parti d'opposition, le Labour (gauche), Jeremy Corbyn, a estimé que le plan de Boris Johnson n'était pas «faisable» et ne constituait pas une offre «sérieuse». Le chef des indépendantistes écossais à la Chambre des Communes, Ian Blackford, a aussi jugé que les propositions du chef du gouvernement n'étaient ni «acceptables», ni «réalisables» et l'a appelé à demander un report du Brexit, ou à démissionner. (ats/nxp)

Créé: 03.10.2019, 16h31

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.