Dimanche 17 novembre 2019 | Dernière mise à jour 23:29

Mort de Boris Nemtsov Bruxelles demande une «enquête internationale»

Une semaine après l'assassinat de l'opposant russe, le Parlement européen réclame une «enquête internationale indépendante».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Parlement européen a réclamé ce jeudi 12 mars une «enquête internationale indépendante» sur l'assassinat de l'opposant russe Boris Nemtsov. Il a estimé que l'indépendance du pouvoir judiciaire n'était «pas respectée» en Russie.

Ce meurtre, perpétré le 27 février «à proximité du Kremlin, dans une zone équipée de caméras vidéo et surveillée par des forces de police et de sécurité», «compte parmi le nombre croissant d'assassinats politiques et de morts suspectes non résolus perpétrés en Russie depuis 1998», ont souligné les députés européens dans une résolution.

Une semaine après l'assassinat, plusieurs suspects ont été arrêtés. Le principal d'entre eux, un ancien policier tchétchène, clame désormais son innocence, selon une commission russe des droits de l'Homme qui a déclaré mercredi que ses aveux avaient pu lui être soutirés sous la torture.

Dans leur résolution, les eurodéputés disent «prendre note» de ces arrestations, mais ils fustigent «l'échec systématique de l'État russe à faire respecter l'état de droit et à apporter la justice à ses citoyens».

Détenue ukrainienne évoquée

Estimant que «la situation des droits de l'Homme en Russie n'a cessé de se détériorer» ces dernières années, le Parlement se déclare «préoccupé par le climat de haine» à l'encontre de l'opposition, des minorités ou des pays voisins, «sous l'impulsion de la propagande d'État et des médias officiels».

«Le Kremlin cultive et attise la haine et les violences», s'alarment les élus européens. Ils ajoutent également que «la Russie emprunte une voie qui n'est pas celle d'une démocratie saine».

Le Parlement demande également aux autorités russes de «libérer immédiatement tous les prisonniers politiques», ainsi que de la pilote ukrainienne Nadia Savtchenko, emprisonnée en Russie où elle est accusée du meurtre de deux journalistes russes dans l'est de l'Ukraine en juin dernier.

Les eurodéputés réclament la libération immédiate et le «retour en toute sécurité» vers son pays du policier estonien Eston Kohver, arrêté en septembre dernier dans le nord-ouest de la Russie, près de la frontière estonienne, et inculpé d'espionnage. Cet Européen a fait l'objet d'un «enlèvement» en «violation du droit international» et est «détenu illégalement», souligne encore le Parlement. (ats/nxp)

Créé: 12.03.2015, 14h17

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.