Samedi 25 novembre 2017 | Dernière mise à jour 04:03

Terrorisme LafargeHolcim perquisitionné à Paris

Les bureaux du cimentier suisse ont été perquisitionnés dans le cadre d'une enquête pour financement indirect à des groupes terroristes.

Le cimentier suisse est visé par une enquête pour financement indirect du terrorisme.

Le cimentier suisse est visé par une enquête pour financement indirect du terrorisme. Image: EPA YOAN VALAT/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une perquisition était en cours mardi au siège de LafargeHolcim à Paris. Le cimentier est soupçonné d'avoir indirectement financé des groupes djihadistes en Syrie, dont l'organisation Etat islamique (EI).

«Les enquêteurs français sont en train de perquisitionner nos locaux», a indiqué une porte-parole de LafargeHolcim à l'AFP, confirmant une information de la radio France Inter. «Nous coopérons pleinement avec les enquêteurs, mais nous ne pouvons faire davantage de commentaires sur cette enquête en cours», a-t-elle ajouté.

L'enquête, menée depuis juin par trois juges d'instruction, s'attache à déterminer si le géant du ciment a transmis de l'argent à certains groupes, notamment l'EI, pour continuer à faire fonctionner en 2013 et 2014, malgré le conflit en Syrie, la cimenterie de Jalabiya (nord).

Les enquêteurs cherchent aussi à savoir si des responsables du groupe en France avaient eu connaissance de tels accords et du danger qu'ils ont pu faire courir aux employés syriens sur place.

De «troubles arrangements»

Le scandale avait été révélé en juin 2016 par une enquête du journal Le Monde. Ce dernier avait mis en lumière de «troubles arrangements» entre Lafarge Cement Syrie (LCS), branche syrienne du groupe, et l'organisation État islamique alors que le groupe djihadiste gagnait du terrain et devenait incontournable dans la région.

Deux mois plus tard, le ministère de l'Économie avait déposé plainte, déclenchant l'ouverture d'une enquête préliminaire par le parquet de Paris, confiée au Service national de douane judiciaire (SNDJ).

Dans son rapport, dont l'AFP a eu connaissance, le SNDJ conclut que LCS a «effectué des paiements aux groupes djihadistes» pour que la cimenterie continue à fonctionner. La direction française du groupe Lafarge, qui a fusionné en 2015 avec le saint-gallois Holcim, «a validé ces remises de fonds en produisant de fausses pièces comptables», ajoute le SNDJ dans ce document.

D'anciens responsables du cimentier ont affirmé que cette volonté de rester coûte que coûte dans le pays en guerre avait reçu l'aval des autorités françaises. L'association anticorruption Sherpa, qui a également déposé plainte au nom de onze ex-salariés syriens de la cimenterie, a demandé que l'ancien ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius soit entendu. A ce jour, les magistrats instructeurs ont auditionné plusieurs anciens employés syriens de l'usine. (AFP/Le Matin)

Créé: 14.11.2017, 13h19


Sondage

Profitez-vous pleinement du Black Friday?





Sondage

Parvenez-vous à épargner, chaque mois?




Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters