Samedi 6 juin 2020 | Dernière mise à jour 16:20

Rapport Chilcot Bush : le monde se porte mieux sans Saddam

L'ex-président américain maintient sa position malgré la publication du rapport britannique sur la guerre en Irak.

Tony Blair et George W. Bush à la Maison Blanche en avril 2004.

Tony Blair et George W. Bush à la Maison Blanche en avril 2004. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'ancien président américain George W. Bush estime toujours que le monde se porte mieux sans Saddam Hussein, a-t-il fait savoir mercredi 6 juillet après la publication d'un rapport britannique accablant sur la guerre d'Irak débutée en 2003.

«Malgré les échecs du renseignement et les autres erreurs qu'il a déjà reconnues, le président Bush estime toujours que le monde entier se porte mieux sans Saddam Hussein au pouvoir», a déclaré le porte-parole de l'ancien président qui avait ordonné l'invasion de l'Irak.

Il «est extrêmement reconnaissant pour l'action et le sacrifice des forces américaines et de la coalition pendant la guerre contre la terreur», a poursuivi dans un communiqué le porte-parole Freddy Ford, précisant que George W. Bush n'avait pas encore pu lire le rapport Chilcot publié mercredi à Londres.

Bilan accablant

«Et il n'y avait pas d'allié plus solide que le Royaume-Uni sous la direction du Premier ministre Tony Blair», a-t-il ajouté.

Le rapport Chilcot dresse un bilan accablant de l'action de Tony Blair en 2003, estimant que l'invasion de l'Irak avait été prématurée et mal préparée. Il relève aussi que Tony Blair avait promis à George Bush de le suivre «quoiqu'il arrive».

L'ancien Premier ministre a présenté ses excuses pour les erreurs relevées dans le rapport, mais a défendu lui aussi cette guerre qui a, selon ses termes, rendu le monde «plus sûr».

Les Américains peu bavards

Les responsables américains se sont montrés peu bavards après la publication du rapport britannique, peu désireux de ré-ouvrir un débat sur des décisions passées.

L'opposition dès le début du président Barack Obama à la guerre d'Irak est «bien connue», a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche Josh Earnest. Barack Obama a du «gérer les conséquences de cette décision catastrophique pendant toute sa présidence. D'autres présidents devront faire de même (...). Il est important que les Etats-Unis (...) tirent les leçons de leurs fautes passées», a-t-il dit.

John Kirby, le porte-parole du ministre des Affaires étrangères John Kerry, a lui affirmé que l'administration américaine était concentrée sur les crises actuelles en Irak et en Syrie. «Rediscuter des décisions qui ont mené à la guerre d'Irak en 2003 ne nous intéresse pas», a-t-il lancé.

Quant au ministre américain de la Défense Ashton Carter, il n'a pas souhaité commenter le rapport.

(afp/nxp)

Créé: 07.07.2016, 00h58

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.