Lundi 6 avril 2020 | Dernière mise à jour 14:02

Crise migratoire «C'est quoi leur problème au Luxembourg?»

Une nouvelle passe d'armes entre Matteo Salvini et Jean Asselborn a eu lieu durant le week-end par médias interposés.

L'ambiance n'est pas au beau fixe entre Matteo Salvini, à gauche, et Jean Asselborn.

L'ambiance n'est pas au beau fixe entre Matteo Salvini, à gauche, et Jean Asselborn. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La polémique sur les migrants entre le ministre italien de l'Intérieur, Matteo Salvini, et le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères, Jean Asselborn, s'est aggravée au cours du week-end, le second ayant traité le premier de «fasciste». Les deux hommes se sont de nouveau affrontés verbalement par médias interposés.

«Le ministre socialiste du paradis fiscal du Luxembourg, après avoir comparé nos grands-pères émigrés italiens aux clandestins d'aujourd'hui, après avoir interrompu mon discours en hurlant merde , me donne du fasciste aujourd'hui», a écrit dimanche M. Salvini sur son compte Twitter.

«Mais c'est quoi leur problème au Luxembourg ? Aucun fascisme, juste le respect des règles. S'il aime tant que ça les immigrés, qu'il les accueille tous au Luxembourg, en Italie on en a déjà trop accueilli», a ajouté M. Salvini, qui également le chef de la Ligue (extrême droite).

M. Asselborn a accusé M. Salvini dans une interview accordée samedi au site internet du «Spiegel» d'«utiliser des méthodes et le ton des fascistes des années 30».

Une pique du ministre italien de l'Intérieur sur l'importation d'«esclaves» africains avait provoqué vendredi à Vienne une réaction indignée du ministre luxembourgeois des Affaires étrangères. Dans une vidéo que son entourage a diffusée sur Facebook, on voit M. Salvini prendre la parole à une réunion des ministres européens de l'Intérieur et dénoncer l'idée apparemment formulée auparavant par M. Asselborn selon laquelle l'Europe vieillissante a besoin d'immigrés.

Le ministre luxembourgeois a qualifié la polémique de vendredi à Vienne de «provocation calculée», peut-on lire sur le site internet du quotidien italien «La Repubblica», affirmant que la vidéo reprenant la scène a été tournée par les collaborateurs de M. Salvini à l'insu des autres participants et diffusée sur Facebook.

«Merde alors!»

«Si on filme les rencontres des ministres de l'UE, ou même ceux des chefs d'Etat ou de gouvernement, alors il n'y aura plus jamais un débat ouvert», a déploré M. Asselborn.

«J'ai une perspective complètement différente. Je pense être au gouvernement (...) pour aider nos jeunes à recommencer à faire des enfants (...) et non pour extirper le meilleur de la jeunesse africaine», avait dit à Vienne M. Salvini. «En Italie, nous ressentons l'exigence d'aider nos enfants à faire d'autres enfants. Et pas à avoir de nouveaux esclaves pour remplacer les enfants que nous ne faisons plus».

Au premier plan sur la vidéo, M. Asselborn avait commencé à réagir à Vienne : «Oh là, c'est abuser là !». Mais M. Salvini insiste : «Si au Luxembourg vous avez besoin d'une nouvelle immigration, moi je préfère garder l'Italie pour les Italiens et recommencer à faire des enfants».

Son collègue luxembourgeois s'est alors emporté : «Au Luxembourg, cher Monsieur, on avait des dizaines de milliers d'Italiens ! Ils sont venus comme migrants, ils ont travaillé au Luxembourg, pour que vous, en Italie, vous ayez l'argent pour vos enfants, merde alors !». (afp/nxp)

Créé: 16.09.2018, 17h48

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.