Lundi 12 novembre 2018 | Dernière mise à jour 18:10

2e Guerre Mondiale Le Canada s'excuse d'avoir renvoyé des Juifs

En 1939, le Canada avait refusé d'accueillir un paquebot et l'avait renvoyé en Belgique, causant indirectement la mort de 254 Juifs.

Justin Trudeau a demandé pardon aux passagers du paquebot «Saint-Louis».

Justin Trudeau a demandé pardon aux passagers du paquebot «Saint-Louis».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le premier ministre canadien Justin Trudeau a présenté mercredi des excuses officielles au parlement pour le refus du Canada d'accueillir en 1939 des centaines de Juifs allemands qui cherchaient à fuir le régime nazi. Un paquebot avait été retourné en Belgique.

Le 15 mai 1939, à quelques mois du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, le paquebot «Saint-Louis» avait quitté l'Allemagne avec près de 1000 passagers, dont 907 Allemands juifs cherchant à échapper à la persécution. Première escale du navire, Cuba leur avait refusé l'asile. Même chose aux Etats-Unis, puis au Canada, en raison d'une politique d'immigration discriminatoire à l'époque.

Le Canada ne comptait alors que 11 millions d'habitants, dont seulement 160'000 de confession juive, a rappelé M. Trudeau. «Pourtant, c'était encore trop pour un bon nombre de Canadiens, y compris pour Frederick Charles Blair, qui était alors responsable de l'immigration au gouvernement», a-t-il déclaré dans un discours à la Chambre des communes.

Le paquebot était finalement retourné vers l'Europe, accostant dans le port belge d'Anvers, d'où ses passagers avaient fini par se disperser, certains en Belgique, d'autres en France, aux Pays-Bas ou au Royaume-Uni. Parmi eux, 254 ont péri durant l'Holocauste.

«Trop longtemps»

«Bien que des décennies se soient écoulées depuis que nous avons tourné le dos aux réfugiés juifs, le temps n'a aucunement absous le Canada de sa culpabilité ou allégé le poids de sa honte», a poursuivi M. Trudeau. «Aujourd'hui, je me lève en cette Chambre pour présenter des excuses qui se sont trop longtemps fait attendre aux réfugiés juifs que le Canada a refusés».

Auparavant, le dirigeant libéral a accueilli dans son bureau au parlement l'une des dernières survivantes de ce voyage tragique, Ana Maria Gordon, en défendant la nécessité de poursuivre le combat contre l'antisémitisme. «Nous venons d'avoir un rappel tragique (...) que nous devons continuer à travailler ensemble», a dit M. Trudeau à la presse en évoquant la fusillade du 27 octobre dans une synagogue de Pittsburgh, qui a fait 11 morts et six blessés.

«Les Juifs sont la cible de 17% des crimes haineux commis au Canada, un pourcentage nettement plus élevé que celui des autres groupes», a-t-il souligné. «La discrimination et la violence contre les Juifs, au Canada et ailleurs dans le monde, se poursuivent à un rythme alarmant. Ces maux diaboliques n'ont malheureusement pas pris fin avec la Seconde Guerre mondiale». (ats/nxp)

Créé: 08.11.2018, 01h44

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.