Dimanche 5 juillet 2020 | Dernière mise à jour 02:55

Espace Les deux astronautes sont entrés à bord de l'ISS

Lancée la veille depuis la Floride avec deux astronautes à bord, la fusée SpaceX a atteint la Station spatiale internationale dimanche.

Le décollage de samedi en vidéo.
Vidéo: AFP

Après le succès de SpaceX, la Russie promet la Lune

La Russie a réagi dimanche au lancement réussi d'une fusée américaine de SpaceX vers la Station spatiale internationale (ISS), promettant de tester deux nouvelles fusées en 2020 et de reprendre son programme lunaire l'an prochain. Ces commentaires de l'agence spatiale russe Roskosmos interviennent juste après un décollage historique qui met fin à un monopole russe de neuf ans sur les vols habités à destination de la Station.

«Nous n'avons pas l'intention de rester inactifs. Cette année, nous allons tester deux nouvelles fusées et l'an prochain, nous reprendrons notre programme lunaire», a réagi sur Twitter le porte-parole de Roskosmos, Vladimir Oustimienko. Le patron de Roskosmos, Dmitri Rogozine, avait affirmé la veille que la Russie prévoyait à l'automne un lancement test d'une fusée lourde Angara, censée remplacer les vieillissants lanceurs Proton, mais au développement très lent. - (AFP)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les deux astronautes de la Nasa transportés par la capsule de SpaceX sont entrés dimanche dans la station spatiale internationale, une nouvelle étape franchie avec succès pour cette mission qui marque le retour des transports américains vers l'ISS après neuf ans d'interruption.

«Nous sommes tellement fiers»

Bob Behnken et Doug Hurley, qui ont décollé à bord d'une fusée Falcon 9 la veille depuis la Floride, sont les premiers astronautes à rejoindre la station, à 400 km de la Terre, grâce à un véhicule d'une société privée.

La capsule Crew Dragon s'est amarrée à l'ISS à 14H16 GMT, quelques minutes en avance sur l'horaire prévu, après environ 19 heures de voyage. De nombreuses vérifications et réglages ont ensuite été effectués, et environ trois heures plus tard, l'écoutille de la capsule a été ouverte.

Les deux meilleurs amis, d'anciens pilotes militaires, ont alors retrouvé les habitants actuels de la station, leur compatriote américain Chris Cassidy et deux astronautes russes, pour une photo collective.

«Le monde entier a suivi cette mission et nous sommes tellement, tellement fiers de tout ce que vous avez fait pour notre pays, et en réalité pour inspirer le monde», les a félicité depuis la Terre le patron de la Nasa, Jim Bridenstine, juste après leur arrivée.

«Ce fut un honneur de faire partie de cet effort de neuf ans depuis la dernière fois qu'un véhicule américain s'est amarré à la station spatiale internationale», a déclaré Doug Hurley, 53 ans, après l'amarrage réussi.

Depuis la fin des navettes spatiales en 2011, seules des fusées russes envoyaient les Américains vers l'ISS, qui file à 27'000 km/h autour de la Terre.

La Nasa a chargé SpaceX de développer un nouveau taxi spatial, et si cette mission-ci --qui pourrait durer jusqu'en août-- est certifiée sûre, les Américains ne dépendront plus des Russes pour accéder à l'espace.

Pour trois milliards de dollars, accordés depuis 2011 dans le cadre d'un contrat à prix fixe, SpaceX a promis à la Nasa six allers-retours vers l'ISS, avec quatre astronautes à bord.

Le chef de l'agence spatiale russe, Dmitri Rogozine, a félicité dimanche sur Twitter Jim Bridenstine, ainsi que le fondateur de SpaceX, Elon Musk: «Je souhaite aux équipes de la Nasa de finir avec succès de reconstruire son système de transport national», a-t-il écrit.

Première étape

SpaceX acheminait déjà des cargaisons vers l'ISS depuis 2012, mais c'est la première fois que la Nasa lui confie sa ressource la plus précieuse: ses astronautes.

«Le lancement d'aujourd'hui démontre que l'avenir appartient à l'industrie spatiale privée», a déclaré samedi Donald Trump, qui a assisté en personne au décollage de la fusée depuis le centre spatial Kennedy.

Le président américain a fait applaudir le fondateur de SpaceX, qui s'est montré très ému lors de la conférence ayant suivi le lancement. «J'ai du mal à parler, cela fait 18 ans que nous travaillions avec cet objectif. J'ai du mal à croire que c'est arrivé», a déclaré Elon Musk. (AFP/Le Matin)

Créé: 31.05.2020, 20h06

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.