Lundi 14 octobre 2019 | Dernière mise à jour 03:23

Australie Pédophilie: le cardinal Pell écope de 6 ans de prison

L'ex-numéro 3 du Vatican a reçu sa peine, mercredi, pour avoir abusé sexuellement de jeunes garçons.

Du coté des victimes et de leur défense, l'heure est à la satisfaction de voir le cardinal traité comme n'importe quel pédophile».
Vidéo: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le cardinal australien George Pell, ancien numéro trois du Vatican tombé en disgrâce, a été condamné mercredi à six ans de prison pour agressions sexuelles contre deux enfants de choeur, des crimes «éhontés» aux yeux du juge.

Plus haut représentant de l'Eglise catholique jamais reconnu coupable de viol sur mineur, George Pell, 77 ans, devra passer au minimum trois ans et huit mois derrière les barreaux. Le cardinal, qui clame son innocence et fait appel de sa condamnation, a été reconnu coupable en décembre de pénétration sexuelle et de quatre chefs d'attentat à la pudeur contre les deux adolescents alors âgés de 13 ans. Mais ce verdict n'avait pu être annoncé que fin février pour des raisons juridiques.

Le juge Peter Kidd a expliqué avoir tenu compte des «crimes odieux» commis par le prélat pour rendre sa sentence. Mais il a aussi mis dans la balance son âge avancé, ses problèmes cardiaques et le fait qu'il avait «par ailleurs mené une vie irréprochable». «Vous pourriez ne pas vivre assez longtemps pour sortir de prison», a-t-il relevé.

L'accusé est resté impassible

Le cardinal Pell, vêtu d'une chemise noire, sans son habituel col romain, est resté impassible, les mains croisées sur les genoux, alors que le juge décrivait avec force détails difficiles à entendre les agressions «incroyablement arrogantes» commises contre les garçons. Il risquait jusqu'à 50 ans de réclusion criminelle.

Les victimes ont témoigné de leur déconvenue face à ce jugement relativement clément, bien que la procédure judiciaire ne soit pas terminée. «C'est difficile de trouver du réconfort» dans cette décision, a déclaré une victime identifiée seulement par l'initiale «J» par la voix de son avocate Vivian Waller. «Je suis reconnaissant que le tribunal ait reconnu ce qui m'a été infligé quand j'étais enfant mais je ne connais pas le repos» car «plane l'ombre de la procédure d'appel».

Le père de l'autre victime décédée en 2014 d'une surdose d'héroïne a fait part de sa «déception». En décembre 1996, le prélat avait imposé une fellation à une victime et s'était masturbé en se frottant contre l'autre, alors que les deux garçons s'étaient cachés dans la sacristie de la cathédrale de Melbourne pour y boire du vin de messe. Deux mois plus tard, il avait poussé l'un des adolescents contre un mur et lui avait empoigné les parties génitales.

Pas le procès de l'Eglise

«Il existe un degré de dégradation et d'humiliation supplémentaires en ce que chacune des victimes savait que l'autre était témoin des abus», a déclaré le juge. Ces actes ont eu des répercussions «profondes» et «durables» pour les victimes.

Le prélat est très connu en Australie où il comptait parmi ses amis des Premiers ministres et des magnats de l'industrie. Son avenir au sein de l'Eglise est désormais très incertain. Partout dans le monde, l'Eglise catholique a été minée par une vague de scandales de pédophilie. Mais le juge de Melbourne a souligné que c'était le procès du cardinal, pas celui de l'institution. «Vous ne devez pas servir de bouc émissaire», a-t-il ajouté. «Je ne suis pas là pour juger l'Eglise catholique».

Le cardinal «a droit à une justice équitable et constante», a martelé le magistrat, regrettant la «mentalité de meute» d'une partie de l'opinion publique.

Tensions palpables

Devant le tribunal, l'ambiance était tendue. Un homme se présentant comme une victime d'abus sexuels s'est effondré en sanglotant pendant l'audience. Une femme a crié «argent sale» à l'intention de l'avocat du prélat qui quittait les lieux.

George Pell n'a pas témoigné à son procès. Dans un interrogatoire de police filmé en 2016 alors qu'il était à Rome, il avait qualifié ces accusations de «mensonges insensés», «de tas d'inepties absolues». Le condamné saura début juin s'il aura droit à un procès en appel.

La défense argue que le verdict est «déraisonnable» et que la décision se fonde sur le témoignage de la seule des deux victimes encore en vie, qui plus est sur des faits vieux de plus de deux décennies. Elle dénonce aussi le fait que le juge ne lui ait pas permis de diffuser à l'audience une animation vidéo qui aurait pu selon elle jeter un doute sur la possibilité pour deux enfants de choeur de se retrouver seuls dans la sacristie après la messe du dimanche.

Le verdict de culpabilité avait été prononcé fin 2018, mais en raison d'une obligation de secret édictée par la justice australienne, les médias s'étaient vu imposer un silence total sur l'affaire. Ce n'est que fin février que le «black-out» fut levé, après l'abandon d'autres poursuites contre le prélat sur des faits présumés dans une piscine de Ballarat (sud de l'Australie), dans les années 1970. (afp/nxp)

Créé: 13.03.2019, 01h42

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.