Mardi 22 octobre 2019 | Dernière mise à jour 21:19

Proche-Orient La «catastrophe» commémorée en Palestine

Des milliers de manifestants ont défilé mardi à Gaza lors du jour de la Nakba, qui commémore la création d'Israël il y a 71 ans.

Galerie photo

Israël-Palestine: Jérusalem, les colonies, les violences

Israël-Palestine: Jérusalem, les colonies, les violences La décision du président américain de reconnaître Jérusalem le 7 décembre 2017 comme la capitale d'Israël provoque une vague de violences entre Palestiniens et Israéliens.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des milliers de Palestiniens ont manifesté mercredi dans la bande de Gaza et en Cisjordanie. Ils commémoraient, comme chaque année, la Nakba, la «catastrophe» qu'a représenté à leur yeux la création d'Israël en 1948, ont constaté les journalistes de l'AFP.

La journée avait valeur de test pour le fragile cessez-le-feu annoncé il y a une dizaine de jours après le pire accès de violence entre Israël et groupes armés palestiniens de la bande de Gaza depuis la guerre de 2014 dans cette enclave.

Des milliers de Palestiniens se sont réunis en différents points dans cette enclave le long de la barrière frontalière lourdement gardée par l'armée israélienne. Des heurts ont opposé certains d'entre eux et des soldats israéliens, selon un journaliste de l'AFP.

Dizaines de blessées

Le ministre de la santé du territoire sous contrôle du mouvement islamiste Hamas a fait état de 65 blessés palestiniens, dont seize par balles. Mais la mobilisation et les violences sont restées relativement contenues.

Bassem Naim, un haut responsable du Hamas, a dit à l'AFP mercredi sur l'un des sites de la protestation que «les dispositions de la trêve avaient joué un rôle dans le fait que les manifestations sont restées maîtrisées».

En 2018, plus de soixante Palestiniens avaient été tués le long de la frontière au cours d'une journée où se téléscopaient les commémorations de la Nakba et la protestation contre l'inauguration à Jérusalem de la nouvelle ambassade des Etats-Unis en Israël.

L'armée israélienne a de son côté fait état d'environ 10'000 Gazaouis manifestant, dont certains violemment, le long de la frontière. Des Palestiniens ont incendié des pneus pour occulter leurs agissements, lancé des pierres et des engins explosifs ou ont tenté de s'approcher de la barrière de sécurité de plusieurs mètres de haut, a-t-elle dit.

Les soldats israéliens ont riposté avec des moyens anti-émeutes, a-t-elle ajouté, ce qui comprend habituellement des tirs à balles réelles.

Cerfs-volants enflammés

Un journaliste de l'AFP a vu mercredi un certain nombre de cerfs-volants lancés du côté gazaoui franchir la frontière en direction d'Israël et un incendie éclater en territoire israélien.

Les Gazaouis se sont servis depuis mars 2018 de cerfs-volants pourvus d'un dispositif incendiaire de fortune pour provoquer des feux en Israël. Le procédé est devenu un motif d'exaspération pour les riverains israéliens de Gaza et pour les autorités.

Les Palestiniens ont aussi manifesté en Cisjordanie. A Ramallah, des manifestants ont brandi de grandes clés en papier pour demander à revenir sur les terres et dans les maisons qu'ils ont fuies ou dont ils ont été chassés à la création d'Israël en 1948.

Des centaines de milliers de Palestiniens ont été jetés sur les routes lors de la guerre accompagnant la création d'Israël. (ats/nxp)

Créé: 15.05.2019, 17h47

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.