Jeudi 22 août 2019 | Dernière mise à jour 13:12

Droits humains La CEDH autorise la France à expulser un terroriste

La Cour européenne des droits de l'homme autorise la France à expulser vers l'Algérie un homme condamné pour une affaire de terrorisme.

Cour européenne des droits de l'homme, à Strasbourg.

Cour européenne des droits de l'homme, à Strasbourg. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Jugeant que rien n'indiquait que l'homme condamné pour terrorisme «serait exposé à un risque réel» de torture dans son pays, la CEDH autorise Paris à l'expulser en Algérie.

«C'est la première fois que la Cour» rend un arrêt autorisant «l'expulsion d'une personne condamnée pour terrorisme vers l'Algérie», selon une source interne à la CEDH.

Selon cette source, il ne s'agit toutefois pas d'un revirement de la jurisprudence de la Cour, jusqu'alors réticente à autoriser les expulsions vers l'Algérie en raison du recours à la torture par les services antiterroristes. «La situation en Algérie a changé depuis 2015», le pays a «modifié ses pratiques», ce qui rend désormais les expulsions possibles, a-t-on expliqué.

Dans son arrêt, la CEDH note qu'il «n'existe pas de motifs sérieux et avérés» de penser que cet Algérien de 34 ans, condamné en France en 2015 à 6 ans de prison pour «participation à une association de malfaiteurs en vue de la préparation d'un acte terroriste» et à une interdiction définitive de territoire français, serait soumis à des traitements inhumains dans son pays.

Arrêté d'expulsion contesté

L'homme en question, présenté par la Cour comme s'appelant A.M., avait été condamné par le tribunal correctionnel de Paris pour avoir fourni à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) des lunettes de vision nocturne ainsi que de l'argent. Il entendait également rejoindre l'organisation.

Il avait saisi la CEDH pour contester l'arrêté d'expulsion pris à son encontre par la préfecture de la Loire en février 2018, arguant qu'il risquait d'être torturé en Algérie s'il y était expulsé.

Un argument balayé par la Cour qui conclut dans son arrêt que, «dans l'éventualité (de son expulsion), il n'y aurait pas violation de l'article 3» de la Convention européenne des droits de l'homme (interdiction de la torture et des traitements inhumains ou dégradants).

En avril 2018, la Cour avait déjà autorisé l'expulsion vers l'Algérie d'un imam marseillais controversé, «mais il n'avait pas été condamné pour terrorisme», note une source au sein de la Cour, ce qui fait de l'arrêt rendu lundi «une première». (ats/nxp)

Créé: 29.04.2019, 10h32

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.