Jeudi 15 novembre 2018 | Dernière mise à jour 00:48

Indonésie Aux Célèbes, le bilan ne cesse de s'alourdir

Frappée par un séisme puis par un tsunami, l'île des Célèbes panse ses plaies. Le bilan, encore provisoire, est de 420 morts.

 Selon le vice-président indonésien Jusuf Kalla, le bilan définitif pourrait se chiffrer en milliers de morts.

Selon le vice-président indonésien Jusuf Kalla, le bilan définitif pourrait se chiffrer en milliers de morts. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le bilan du séisme de magnitude 7,5 et du tsunami qui ont frappé vendredi l'île des Célèbes en Indonésie s'élève désormais à 420 morts. Il devrait encore s'alourdir dimanche au fur et à mesure que les secours atteindront les zones les plus reculées.

Le directeur de l'agence nationale de gestion des catastrophes (BNPB), Willem Rampangilei, a déclaré samedi soir à la presse que le bilan humain à Palu, une ville de près de 300'000 habitants, atteignait 420 morts. «On estime que 10'000 réfugiés sont disséminés sur 50 sites à Palu», a-t-il dit, cité par le site d'informations Kompas.

Un hôtel de la ville côtière de Palu, le Roa-Roa a été complètement rasé par la secousse sismique. «Tout ce que l'on sait est que 24 clients ont pu sortir et qu'un autre est décédé», a déclaré le propriétaire de l'hôtel, Ko Jefry, à la chaîne «Metro TV» samedi soir. «On estime que 50 à 60 personnes sont toujours piégées.»

«Nous avons des difficultés à déployer de l'équipement lourd pour retrouver des victimes dans les décombres des bâtiments car de nombreuses routes conduisant à Palu sont endommagées», a aussi expliqué le directeur de la BNPB. Selon le vice-président indonésien Jusuf Kalla, le bilan définitif pourrait se chiffrer en milliers de morts.

«C'est déjà une tragédie»

«Nous recevons maintenant des informations limitées sur les destructions à Palu, mais nous n'avons rien sur Donggala, région plus proche de l'épicentre, et cela est extrêmement inquiétant. Plus de 300'000 personnes y vivent», a déclaré la Croix-Rouge dans un communiqué.

Son personnel, accompagné de bénévoles, est en route pour les zones touchées. «C'est déjà une tragédie, mais cela pourrait être bien pire», ajoute la Croix-Rouge. Il n'y a actuellement pas d'indice sur des victimes suisses, a précisé à Keystone-ATS le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE).

Des centaines de personnes s'étaient rassemblées sur la plage pour préparer une fête de la ville lorsqu'un mur d'eau s'est fracassé sur le rivage, emportant dans la mort des dizaines d'habitants et détruisant tout sur son passage. Des vidéos amateurs diffusées par les chaînes de télévision locales et sur les réseaux sociaux montrent les vagues s'engouffrant dans les bâtiments du littoral, ravageant les maisons et dispersant des conteneurs.

Alerte levée

«Le tsunami n'est pas venu tout seul, il a entraîné des voitures, des troncs d'arbres, des maisons», a expliqué le porte-parole du BNPB, ajoutant qu'en pleine mer, les vagues du tsunami avaient pu atteindre une vitesse de 800 km/h.

L'institut météorologique et de géophysique indonésien, le BMKG, a lancé une alerte au tsunami et l'a levée 34 minutes plus tard. Beaucoup le lui reprochent, alors que les autorités assurent que les vagues ont déferlé avant la levée de l'alerte.

Par ailleurs, plus de la moitié des 560 détenus de la prison de Palu se sont évadés lorsque les murs se sont effondrés vendredi à cause du séisme, a rapporté l'agence de presse Antara. «C'était très dur pour les gardes d'empêcher les détenus de s'enfuir car eux-mêmes étaient paniqués et devaient sauver leur propre vie», a expliqué le directeur de l'établissement.

Aide humanitaire en route

Des avions militaires chargés d'aide humanitaire ont décollé de Djakarta et d'autres villes, ont annoncé les autorités qui précisent que la piste et la tour de contrôle de l'aéroport de Palu ont été endommagées. L'aéroport a toutefois rouvert dimanche pour un nombre limités de vols commerciaux.

L'Indonésie, située sur la ceinture de feu du Pacifique, est régulièrement touchée par des tremblements de terre. Le plus dévastateur est survenu le lendemain de Noël 2004. Ce 26 décembre, un séisme de magnitude 9,5 a provoqué un tsunami géant qui a tué 226'000 personnes le long des côtes de l'océan Indien, dont plus de 126'000 en Indonésie.

Les Célèbes (Sulawesi en indonésien) sont situées à quelques centaines de kilomètres au nord-est de l'île touristique de Lombok, où une série de séismes a fait un demi-millier de morts en août. Des tsunami s'étaient déjà produits en 1927 et en 1968 à Palu, selon le BNPB. (ats/nxp)

Créé: 30.09.2018, 05h55

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.