Lundi 14 octobre 2019 | Dernière mise à jour 20:20

Annecy Un chat quitte son maître et entre dans les ordres

Un matou nommé Mimi a prouvé que, parfois, ce sont les animaux qui abandonnent leurs propriétaires. Il a rejoint des bonnes sœurs.

Un chat d'Annecy avait disparu. Il avait décider de changer de foyer et a été retrouvé chez les sœurs de l’Immaculée conception... (Image prétexte.)

Un chat d'Annecy avait disparu. Il avait décider de changer de foyer et a été retrouvé chez les sœurs de l’Immaculée conception... (Image prétexte.) Image: iStock

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Suite à un article sur les animaux abandonnés durant les vacances estivales, «Le Dauphiné» a reçu un délicieux courrier d’une lectrice. Qui explique que, parfois, l’inverse est possible: un animal peut abandonner son maître. La preuve à Annecy-le-Vieux, où un chat a délaissé son foyer. Pour entrer au couvent.

L’histoire est relatée par Dominique Billiard, une habitante de la commune haut-savoyarde. Elle concerne son compagnon Pierre et Mimi, son matou. Elle s’est déroulée il y a deux ans.

«bonne alimentation et siestes prolongées»

«Mimi est un chat gris genre chat de gouttières, le bout de la queue et le cou blancs. Il pèse un poids confortable sans doute dû à une bonne alimentation et à des siestes prolongées», raconte-t-elle. Des siestes que ce matou aimait faire sur le lit de son maître.

Mais un jour, Mimi a disparu. Pierre l’a longtemps cherché. En vain. Il imaginait donc le pire et avait fini par se résigner.

Un jour pourtant, un voisin lui a apporté une étrange nouvelle. «Mimi était toujours vivant et il était entré dans les ordres… chez les sœurs de l’Immaculée conception!», raconte sa compagne…

«Vautré sur le fauteuil de Sœur Marie-Pierre»

Le couple s’est rendu sur place, chez les sœurs, dans le Centre Jean XXIII, pour en avoir le cœur net. Et Mimi était là, «vautré sur le fauteuil de Sœur Marie-Pierre, près du radiateur». Le gros matou, est-il précisé, «n’a pas cillé, mieux, il nous a superbement ignorés. Gâté, choyé, chauffé, caressé, surnourri, avec peut-être la promesse d’avoir une nouvelle vie dans l’au-delà, Mimi n’est jamais revenu chez son maître.»

Dominique Billiard est retournée ces derniers jours vérifier que son récit était encore d’actualité. Oui: le chat est toujours bien là. Elle a photographié Mimi, tranquillement couché sur un rebord de fenêtre.

«Comme quoi l’abandon peut être dans les deux sens!», conclut la lectrice du «Dauphiné» «Faut-il poursuivre Mimi pour abandon? Les voies du Seigneur sont impénétrables.»

Créé: 31.07.2019, 10h28

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.