Dimanche 17 novembre 2019 | Dernière mise à jour 19:05

Syrie/Irak Le chef de l'EI Abou Bakr al-Baghdadi serait mort

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) affirme que le leader de Daech est décédé.

Abou Bakr al-Baghdadi en 2014.

Abou Bakr al-Baghdadi en 2014.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) affirme être en possession d'«informations confirmées» faisant état de la mort du chef du groupe djihadiste. «De hauts responsables de l'EI présents à Deir Ezzor ont confirmé à l'OSDH la mort d'Abou Bakr al-Baghdadi», a déclaré Rami Abdel Rahmane, le directeur de l'ONG qui a un large réseau de sources dans la Syrie en guerre.

«Nous l'avons appris aujourd'hui (mardi), mais nous ignorons quand ou comment il est mort», a-t-il ajouté. Baghdadi «était présent dans l'est de la province de Deir Ezzor» ces derniers mois, a-t-il précisé. Le responsable a toutefois souligné qu'il n'était pas clair si le chef djihadiste avait été tué dans cette région ou ailleurs.

Deir Ezzor se situe à environ 140 km de Raqa, dans une région de l'est syrien contrôlée en grande majorité par l'EI. Le 22 juin déjà, la Russie avait affirmé avoir «selon une forte probabilité» tué Abou Bakr al-Baghdadi dans une frappe aérienne fin mai près de la ville de Raqa. Cette information n'avait alors été confirmée par aucune autre source.

«Nous espérons que c'est vrai»

Si l'OSDH a souvent livré des informations qui se sont avérées correctes, le doute subsiste sur cette nouvelle importante et les instances officielles restent prudentes. Les autorités irakiennes et kurdes par exemple n'ont pas confirmé l'information.

Du côté américain, le Pentagone a indiqué n'avoir aucune information permettant de corroborer les dires de l'OSDH. Le porte-parole américain de la coalition internationale contre l'EI, le colonel Ryan Dillon, a pour sa part indiqué: «Nous ne pouvons pas confirmer cette information, mais nous espérons que c'est vrai».

Quant aux sites internet et groupes sur les réseaux sociaux affiliés à l'EI, ils n'ont répercuté aucune nouvelle concernant une éventuelle mort de Baghdadi. Depuis 2014, des rumeurs et des informations sur la mort du chef de l'organisation djihadiste ont régulièrement circulé, mais elles n'ont jamais été confirmées. Les Etats-Unis avaient offert 25 millions de dollars pour sa capture.

Autoproclamé calife de l'EI

Abou Bakr al-Baghdadi n'a plus donné signe de vie depuis un enregistrement audio diffusé en novembre 2016, peu après le lancement de l'offensive sur Mossoul. Il y exhortait ses hommes à lutter jusqu'au martyre. Il aurait quitté la ville en début d'année, probablement pour la frontière irako-syrienne.

C'est à Mossoul, grande ville du nord de l'Irak, que le chef de l'EI avait fait sa seule apparition publique connue, en juillet 2014, à la mosquée al-Nouri. Il s'était alors autoproclamé calife de l'Etat islamique.

Les civils paient le prix fort

La victoire à Mossoul a été obtenue au prix de milliers de victimes, civils et militaires, d'une crise humanitaire énorme et de destructions colossales. Les forces irakiennes sont désormais confrontées à la tâche titanesque de sécuriser, de reconstruire et d'assurer le retour des habitants dans la deuxième ville du pays, ravagée par près de neuf mois de combats.

Elles doivent aussi faire face aux accusations d'organisations humanitaires. Pour Amnesty International, la dernière partie de la bataille de Mossoul a été lancée et gagnée «à n'importe quel prix», les civils payant un très lourd tribut.

En Syrie voisine aussi, où les Forces démocratiques syriennes (FDS) soutenues par les Etats-Unis tentent de reprendre la ville de Raqa à l'EI, les civils paient le prix fort. Selon l'ONU, de 30'000 à 50'000 d'entre eux sont toujours bloqués à l'intérieur de la cité et plus de 1000 personnes fuient la ville syrienne chaque jour. Enfin des combattants syriens ont annoncé s'être emparés d'un village où l'EI disposait d'un camp d'entraînement près de Raqa. (afp/nxp)

Créé: 11.07.2017, 14h16

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.