Vendredi 10 juillet 2020 | Dernière mise à jour 17:37

Soudan du Sud Le chef rebelle Machar a été investi vice-président

Riek Machar a été élu ce samedi à la co-présidence du Soudan du Sud. Il va tenter de former un nouveau gouvernement d'union nationale avec le président Salva Kiir.

Le président du Soudan du Sud Salva Kiir (à droite) et le nouveau vice-président Riek Machar (à gauche).

Le président du Soudan du Sud Salva Kiir (à droite) et le nouveau vice-président Riek Machar (à gauche). Image: Keystone

Galerie photo

Soudan du Sud : les combats font rage, la famine sévit

Soudan du Sud : les combats font rage, la famine sévit Les combats faisaient toujours rage au Soudan du Sud, aggravant encore la crise humanitaire. La famine touche pour la première fois plusieurs zones

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le dirigeant rebelle du Soudan du Sud Riek Machar a été investi samedi à Juba premier vice-président de ce pays en guerre depuis six ans, conformément à un accord de paix conclu en 2018.

«Je jure d'être fidèle (...) à la République du Soudan du Sud», a déclaré Riek Machar devant un parterre de diplomates et de représentants des pays voisins, dont le dirigeant du Soudan, le général Abdel Fattah al-Burhan.

Riek Machar a donné l'accolade et serré la main de son rival de toujours, le président Salva Kiir, avec qui il va tenter de gouverner pour la troisième fois depuis l'indépendance du Soudan du Sud en 2011.

Sous pression internationale, ils se sont mis d'accord pour former un gouvernement d'union nationale, pierre angulaire de l'accord de paix conclu en septembre 2018.

Nouveau gouvernement

Salva Kiir a dissous vendredi son gouvernement en vue de la formation de ce nouvel exécutif d'union dont la composition doit être annoncée samedi.

Riek Machar, qui a déjà été vice-président par deux fois entre 2011 et 2013, puis brièvement en 2016, devait initialement prêter serment vendredi.

Les deux précédentes échéances pour former le gouvernement d'union n'avaient pas été respectées, des désaccords persistant sur la création d'une armée nationale unifiée, le nombre d'États régionaux et les garanties portant sur la sécurité de Riek Machar.

La récente proposition de Salva Kiir de revenir à un système fédéral de 10 États, au lieu de 32, plus trois «zones administratives» (Ruweng, Pibor et Abyei), a contribué à débloquer la situation.

Riek Machar a d'abord rejeté cette concession du président, en contestant le statut proposé de Ruweng, une région essentielle pour la production de pétrole, mais sans que cela empêche l'accord sur le gouvernement.

Les deux hommes «continueront à résoudre le problème» une fois le gouvernement formé, a précisé vendredi à l'AFP Manawa Peter Gatkuoth, l'un des porte-parole de Riek Machar.

Exil

Ce dernier vivait en exil depuis l'échec d'une précédente tentative de gouvernement d'union en 2016, brutalement interrompue par d'intenses combats entre ses troupes et celles de Salva Kiir à Juba.

Le président Kiir a annoncé jeudi que ses hommes seraient chargés de la sécurité de la capitale, ainsi que de celle de Riek Machar.

Le Soudan du Sud a sombré dans la guerre civile en décembre 2013 lorsque Salva Kiir, un Dinka, a accusé Riek Machar, son ex-vice-président, membre de l'ethnie nuer, de fomenter un coup d'État.

Le conflit, marqué par des atrocités, dont des meurtres et des viols, a fait en six ans plus de 380'000 morts et provoqué une crise humanitaire catastrophique. (afp/nxp)

Créé: 22.02.2020, 14h15

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.