Jeudi 18 juillet 2019 | Dernière mise à jour 10:09

Édito L'édito du «Matin»: le choix (contraint) d’un immense pari

Malgré son succès, Emmanuel Macron a tout du choix «par défaut». Son élection demeure toutefois un symbole fort pour le pays.

Le plus jeune président de la République et son mouvement En Marche! devront faire face à de nombreux défis.

Le plus jeune président de la République et son mouvement En Marche! devront faire face à de nombreux défis. Image: Lionel Bonaventure/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Emmanuel. Selon l’étymologie hébraïque de ce prénom, il signifie «Dieu avec nous». Tout un programme. Surtout quand on veut devenir président. Mais les électeurs français qui ont porté Macron à la fonction suprême voient-ils en lui la figure idéale pour conduire la Nation? Non, majoritairement non.

Cet homme de 39 ans a réussi son improbable pari à la suite d’un concours de circonstances qui a fait de lui le candidat par défaut. Le moindre mal face à l’extrême droite. Sa dialectique antisystème – qu’il partageait avec beaucoup de rivaux au premier tour – ne laisse pas grand monde dupe. Emmanuel Macron est un pur produit du système élitaire. Sa bonne idée est de s’être positionné au cœur (pour ne pas dire au centre) de l’échiquier politique afin de mieux le secouer et le dépasser.

Ce score de 65% est bon, même si lourdement relativisé par le cumul du score historique de Marine Le Pen, l’abstention et les votes blancs et nuls. Cela demeure un socle pour construire une majorité aux législatives, mais constitue aussi un handicap. Le FN (même si le nom disparaîtra) et Les Républicains seront forts sur le terrain. Une cohabitation ou une coalition demeurent possibles, ce qui affaiblirait davantage encore le nouvel élu.

Malgré tout, le symbole est aujourd’hui très fort.La France d’Emmanuel Macron est un immense pari sur l’avenir, sur la transformation du pays. Le choix de son équipe, le style qu’il adoptera et ses premières options économiques diront très vite s’il est à la hauteur des espoirs qu’il a voulu incarner. Et si ce peuple si difficile à satisfaire voudra bien le laisser faire.

Créé: 07.05.2017, 22h04

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.