Mercredi 17 juillet 2019 | Dernière mise à jour 18:33

Haïti Choléra: l'ONU veut puiser dans la Minustah

L'ONU veut puiser dans les caisses des Casques bleus en Haïti pour lutter contre le choléra.

Une femme atteinte du choléra en Haïti. (Archive)

Une femme atteinte du choléra en Haïti. (Archive) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'ONU va demander aux pays finançant les Casques bleus en Haïti de céder à l'organisation les 40,5 millions de dollars qui restent dans les caisses de la Minustah, devant fermer sous peu, pour les allouer à la lutte contre le choléra.

Une résolution a été adoptée jeudi en soutien à cette proposition du secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, formulée sur fond de difficultés à réunir les 400 millions de dollars nécessaires pour que le pays se redresse après l'épidémie qui a touché des centaines de milliers d'Haïtiens.

Concrètement, le chef de l'ONU va demander à ces pays de lui notifier sous 60 jours s'ils souhaitent que leur part de l'argent qui n'a pas été dépensé soit reversé dans le fonds d'aide aux victimes du choléra.

Les USA réduisent la voilure

Les Etats-Unis, premiers contributeurs financiers au budget des Casques bleus, ont annoncé le mois dernier qu'ils reprendraient leur part des fonds qui n'ont pas été dépensés.

Washington a déjà fourni 100 millions de dollars pour qu'Haïti se relève de cette épidémie et «les Etats-Unis ne sont pas en position de contribuer» davantage, a expliqué l'ambassadrice adjointe américaine auprès des Nations unies, Michele Sison. Plus généralement, la nouvelle administration américaine entend réduire la voilure de sa participation aux missions de maintien de la paix de l'ONU.

Le Conseil de sécurité a décidé en avril de mettre fin dès la mi-octobre à 13 ans de présence, en Haïti, des Casques bleus qui seront remplacés par une force de police restreinte.

Déjà 9500 morts

Quelque 9500 personnes sont mortes du choléra depuis le déclenchement de l'épidémie en 2010.

L'ancien secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon avait été contraint de présenter des excuses aux Haïtiens lorsque des analyses avaient montré que le choléra avait été introduit dans le pays par des Casques Bleus népalais, dépêchés après le séisme dévastateur de 2010.

Devant l'assemblé des Nations unies, l'ambassadeur jamaïcain Courtenay Rattray a exhorté les autres pays à ne pas «fermer les yeux» sur l'épidémie de choléra, soulignant que toute contribution «peut faire la différence».

La liste des pays qui ont pour l'instant mis la main au portefeuille est courte: Royaume-Uni, Corée du Sud, France, Liechtenstein, Inde, Sri Lanka et Chili. Le tout représentait 2,6 millions de dollars au 20 avril. (afp/nxp)

Créé: 14.07.2017, 02h26

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.