Vendredi 29 mai 2020 | Dernière mise à jour 01:57

France Castaner nommé ministre de l'Intérieur

Plus de dix jours après la démission de Gérard Collomb, le remaniement du gouvernement Macron a été annoncé mardi.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Deux semaines après la démission du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, l'exécutif a dévoilé mardi la composition de la nouvelle équipe gouvernementale. Elle doit donner un nouvel élan à Emmanuel Macron à l'heure où il entame l'«An II» de son quinquennat.

«Il s'agit d'une équipe dynamique, renouvelée, dotée d'un second souffle», souligne-t-on à l'Elysée, «mais dont le mandat reste le même». «Cette équipe gouvernementale va inscrire son action dans la continuité de la politique menée par le gouvernement et du calendrier des réformes pour les mois à venir», ajoute-t-on.

Pilier de la «Macronie», Christophe Castaner succède au «premier flic de France», dont le départ avec fracas début octobre a ébranlé un chef de l'Etat déjà affaibli par l'affaire Benalla et la démission de Nicolas Hulot fin août. L'ancien secrétaire d'Etat chargé des relations avec le Parlement sera épaulé par le patron de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), Laurent Nunez, a précisé la présidence dans un communiqué. Christophe Castaner a annoncé qu'il allait quitter ses fonctions de délégué général de La République en marche, qu'il occupait depuis novembre.

Donné sortant ces dernières semaines, le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert cède son portefeuille à l'ancien chef de file des sénateurs socialistes et actuel sénateur RDSE de la Drôme Didier Guillaume. Le président du groupe MoDem Marc Fesneau succède lui à Christophe Castaner au poste de ministre - et non secrétaire d'Etat comme ce fut le cas précédemment - auprès du Premier ministre, chargé des relations avec le Parlement.

Reconduit dans ses fonctions, le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer voit son portefeuille de l'Education étoffé et adjoindre un secrétaire d'Etat chargé de la jeunesse et de la mise en place du service national universel (SNU), le député LaRem Gabriel Attal. Jacqueline Gourault remplace Jacques Mézard au ministère de la Cohésion des Territoires et des relations avec les collectivités territoriales, avec Sébastien Lecornu et Julien Denormandie nommés ministres auprès d'elle.

Le député Agir (centre-droit) Franck Riester remplace la ministre de la Culture Françoise Nyssen, fragilisée par une polémique immobilière ces dernières semaines. Cette nomination est à fort symbole politique à l'approche des élections européennes, où Emmanuel Macron cherche à rassembler les pro-européens.

Huit entrées

Parmi les autres nominations, figurent celle d'Emmanuelle Wargon, secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire François de Rugy, en remplacement de Sébastien Lecornu. Cette ancienne directrice générale en charge de la responsabilité d'entreprise, des affaires publiques et de la communication chez Danone a notamment piloté les engagements du groupe en matière de santé, d'environnement et d'inclusion depuis 2015.

La députée LaREM de Gironde Christelle Dubos renforce elle l'équipe de la ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn et l'ancienne directrice générale déléguée à la Compagnie des Alpes, Agnès Pannier-Runacher, est nommée secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie et des Finances en remplacement de Delphine Gény-Stéphan.

La secrétaire d'État auprès du Premier ministre, chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, voit son portefeuille s'étendre à la lutte contre les discriminations. Quant au secrétaire d'Etat en charge du numérique, Mounir Mahjoubi, qui était sous la tutelle de Matignon, il conserve son portefeuille mais passe sous l'autorité de Bercy.

Au total, huit personnalités font leur entrée au sein du gouvernement d'Edouard Philippe qui compte désormais 34 membres - 17 femmes et 17 hommes - et 15 membres de la société civile, conformément aux engagements pris par Emmanuel Macron pendant la campagne, souligne-t-on à l'Elysée.

Fin des incertitudes

Cette annonce met un terme à deux semaines d'incertitude et d'impression de «flottement» au sommet de l'Etat sur l'ampleur et la forme de ce changement d'équipe gouvernementale, le quatrième depuis le début du quinquennat.

Contrairement au remaniement post-élections législatives de 2017, l'exécutif a finalement opté pour un bref communiqué - et non pour une «démission technique» du Premier ministre Edouard Philippe suivie d'une prise de parole sur le perron de l'Elysée du secrétaire général Alexis Kohler. (ats/nxp)

Créé: 16.10.2018, 09h45

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.