Dimanche 18 novembre 2018 | Dernière mise à jour 06:00

France Plainte pour «mise en danger de la vie d'autrui» contre des cigarettiers

Quatre grands fabricants de cigarettes sont accusés de tricher sur les taux de goudron.

En France, la mention des taux de goudron et de nicotine ne figure plus sur les paquets depuis l'apparition du paquet neutre, le 1er janvier 2017.

En France, la mention des taux de goudron et de nicotine ne figure plus sur les paquets depuis l'apparition du paquet neutre, le 1er janvier 2017. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une plainte a été déposée par le Comité national contre le tabagisme (CNCT), qui pointe du doigt «l'existence de minuscules trous» dans les filtres de cigarettes destinés à «falsifier les tests» en agissant comme un «système de ventilation invisible». «Ce dispositif de micro-orifices dans le filtre des cigarettes empêche les autorités de savoir si les seuils de goudron, de nicotine, et de monoxyde de carbone qu'elles ont fixés sont dépassés», fait valoir le CNCT. La plainte vise les filiales françaises des quatre grands cigarettiers, Philip Morris, British American Tobacco, Japan Tobacco International et Imperial Brands (dont Seita est une filiale).

Elle a été déposée le 18 janvier au parquet de Paris, a précisé l'avocat du CNCT, Pierre Kopp. Dans sa plainte, le CNCT assure que «la teneur réelle en goudron et nicotine inhalée par les fumeurs serait entre 2 et 10 fois supérieure pour le goudron et 5 fois supérieure pour la nicotine». «Les fumeurs qui pensent fumer un paquet par jour en fument en fait l'équivalent de deux à dix», poursuit le CNCT. Selon lui, les micro-trous dans les filtres font baisser le taux des substances dangereuses uniquement lorsque la cigarette est testée par une machine et pas quand elle est fumée par un individu, car les perforations au laser sont alors bloquées par les doigts et les lèvres du fumeur.

L'existence de «trous de ventilation» dans les filtres à cigarettes n'est pas nouvelle. Elle date selon le CNCT de la fin des années 50, au moment où les mesures du taux de goudrons et de nicotine ont commencé à être imposés aux États-Unis. «Aujourd'hui, 97% des cigarettes comportent des perforations invisibles du filtre», souligne le CNCT. «Notre objectif, c'est qu'on en parle et que les Français comprennent quel est le comportement de cette industrie», a déclaré le président du CNCT, le professeur Yves Martinet. «Son objectif, c'est de rendre les gens accros à la nicotine, pour qu'ils reviennent acheter leur drogue». (AFP/nxp)

Créé: 09.02.2018, 16h04

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.