Samedi 25 janvier 2020 | Dernière mise à jour 11:58

Etats-Unis Il fait condamner l'amant de sa femme

Un Américain a porté plainte contre l'amant de son épouse. La justice lui a donné raison.

Aux Etats-Unis, un mari trompé a porté plainte au civil au titre de la loi sur «l'aliénation d'affection», datant du 19e siècle.

Aux Etats-Unis, un mari trompé a porté plainte au civil au titre de la loi sur «l'aliénation d'affection», datant du 19e siècle. Image: Photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un tribunal de Caroline du Nord a octroyé 750'000 dollars (quelque 750'000 francs) à un mari trompé qui avait porté plainte contre l'amant de sa femme, lui reprochant d'avoir brisé son mariage, ont rapporté jeudi des médias américains.

Kevin Howard avait porté plainte devant le tribunal de Greenville après avoir découvert que son épouse, qui avait demandé le divorce après 12 ans de mariage, avait un amant depuis plusieurs mois. «Elle m'a d'abord dit qu'elle voulait divorcer, parce que je travaillais trop et que je n'étais pas souvent à la maison», a-t-il expliqué à la télévision locale WITN.

Mais l'enquête d'un détective privé a révélé qu'elle avait une liaison avec un collègue de bureau, selon CNN. «Il est venu à la maison, nous avons dîné ensemble, nous avons partagé des histoires personnelles», a raconté Kevin Howard.

«Aliénation d'affection»

Il a porté plainte au civil au titre de la loi sur «l'aliénation d'affection», datant du 19e siècle et dont l'origine remonte à une loi britannique de l'ère coloniale qui considérait alors les épouses comme une propriété de leur mari.

Cette loi, encore en vigueur dans cinq autres Etats américains (Hawaï, Mississippi, Nouveau-Mexique, Dakota du Sud et Utah), permet à un membre du couple de poursuivre celui ou celle qu'il prétend être responsable de la faillite de son mariage par des actes «injustes ou malveillants», selon le cabinet d'avocats Vavonese.

«Il est essentiel que les gens comprennent que le sacrement du mariage est important, particulièrement alors que l'on remet actuellement en question les principes moraux et les responsabilités des gens», a confié Kevin Howard à WITN.

Plusieurs cas par an

Son avocate, Cindy Mills, affirme présenter au moins un cas de ce genre chaque année devant les tribunaux. En 2010, une de ses clientes avait obtenu 5,9 millions de dollars dans une affaire similaire.

La même année, un tribunal de Caroline du Nord avait octroyé 9 millions de dollars à une femme qui accusait la maîtresse de son époux d'avoir brisé leur union de 33 ans. Selon le cabinet Vavonese, plus de 200 poursuites pour «aliénation d'affection» sont engagées chaque année dans l'Etat. (afp/nxp)

Créé: 03.10.2019, 21h41

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.