Vendredi 5 juin 2020 | Dernière mise à jour 21:33

Finlande Condamnés pour avoir vendu 220 faux tableaux

Des propriétaires d'une galerie d'art ont écopé de plusieurs années de prison pour avoir vendu des faux tableaux.

Les enquêteurs ont soumis plus de 220 toiles à l'examen d'experts de la galerie nationale de Finlande

Les enquêteurs ont soumis plus de 220 toiles à l'examen d'experts de la galerie nationale de Finlande Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un couple propriétaire d'une galerie d'art en Finlande a été condamné mercredi à la prison pour avoir vendu pendant cinq ans pour 13 millions d'euros plus de 200 oeuvres réalisées pour la plupart par un faussaire. Les toiles portaient les signatures de peintres célèbres. Parmi elles figuraient Matisse, Renoir, Monet ou Kandinsky, selon le tribunal du district d'Helsinki.

La femme et l'homme, tous deux finlandais et âgés respectivement de 46 et 75 ans, ont été reconnus coupables de 30 chefs d'accusation de fraude aggravée. Ils ont écopé respectivement de quatre et cinq ans de prison. Huit autres prévenus ont été sanctionnés par des peines allant jusqu'à trois ans de détention.

De nombreuses autres oeuvres vendues par le couple étaient attribuées à des peintres russes de la période romantique ainsi qu'aux peintres finlandais Helene Schjerfbeck et Albert Edelfeldt.

2,2 millions pour un faux Léger

Les enquêteurs ont soumis plus de 220 toiles à l'examen d'experts de la galerie nationale de Finlande. La majorité s'est avérée être des faux, réalisés pour la plupart par un peintre autodidacte, condamné à une peine avec sursis lors d'un autre procès en 2017.

L'oeuvre la plus chère parmi ces faux était «Le cirque», une toile portant la signature du peintre français Fernand Léger, que le couple avait vendue pour 2,2 millions d'euros. «Le sujet de la peinture était en lui-même typique de Léger, qui est considéré comme un précurseur du pop art. Toutefois, le traitement du sujet est extrêmement faible et le style enfantin», a souligné le tribunal dans l'énoncé du jugement.

Le peintre autodidacte a reconnu avoir peint et signé cette oeuvre. Il a expliqué avoir emprunté des ouvrages à la bibliothèque pour se familiariser avec le style de Fernand Léger. Le faussaire a également avoué avoir peint sur une vieille toile datant des années 1950, qu'il s'était procurée au marché aux puces. La plupart des oeuvres ont été saisies, mais les enquêteurs estiment que quelques faux sont encore en circulation. (ats/nxp)

Créé: 01.11.2018, 01h20

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.