Vendredi 22 novembre 2019 | Dernière mise à jour 23:25

Climat Avant la COP25, les avancées sont timides

Comme chaque année, des délégations du monde entier se sont retrouvées durant dix jours pour préparer la conférence de l'ONU sur le climat.

Patricia Espinosa, responsable climat de l'ONU, a qualifié la session de Bonn de «très intense.»

Patricia Espinosa, responsable climat de l'ONU, a qualifié la session de Bonn de «très intense.» Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A l'heure où l'Europe suffoque sous une canicule inédite et où se multiplient les signaux toujours plus alarmistes du réchauffement, une nouvelle session de négociations climatiques s'est achevée jeudi à Bonn sur quelques avancées timides mais aussi sur des points d'achoppement.

Des délégations du monde entier se sont retrouvées à Bonn pour préparer la conférence annuelle de l'ONU sur le climat (COP) qui se tiendra à la fin de l'année au Chili. L'objectif? Avancer sur des points techniques pour préparer les décisions politiques à venir.

Ces négociations interviennent six mois après la COP24 à Katowice (Pologne), qui avait permis de boucler les règles mettant en pratique l'Accord de Paris de 2015. Cet accord prévoit de maintenir le réchauffement climatique en-dessous de 2°C par rapport à la période pré-industrielle, voire de 1,5°C. Mais certains points restés en suspens à Katowice avaient été renvoyés à Bonn.

Alerte du Giec

En octobre, le groupe d'experts de l'ONU sur le climat (Giec) tirait la sonnette d'alarme, avertissant que les impacts d'un réchauffement de 2°C seraient bien plus importants qu'à 1,5°C. Les engagements actuels des Etats entraîneraient 3°C.

En Pologne, les Etats-Unis, l'Arabie Saoudite, le Koweit et la Russie avaient rejeté dans la déclaration finale une mention selon laquelle les participants accueillaient «favorablement» les conclusions de ce rapport scientifique, qui a encore fait l'objet de passes d'armes à Bonn.

Un observateur a fait savoir à l'AFP que la délégation saoudienne avait réagi violemment à une proposition de texte saluant le rapport du Giec, et refusé toute mention d'objectifs précis de réduction d'émissions des gaz à effet de serre.

Des délégués ont revêtu des t-shirts avec le message «la science n'est pas négociable» pour marquer leur désapprobation lors de la plénière finale. «Pourquoi sommes-nous encore en train de débattre de ça?», a critiqué Eddy Perez, du groupement d'ONG Climate action network. «La science a été là (dans le processus des négociations ndlr) depuis le début et elle doit continuer à nous informer.»

Le Giec doit remettre avant la fin de l'année deux autres rapports sur l'océan et la cryosphère et sur l'usage des sols et la désertification. Discussions très techniques

Les règles des mécanismes d'échange de quotas d'émissions carbone décidées, issues de l'article 6 de l'Accord de Paris, ont aussi beaucoup occupé les négociateurs, lors de discussions très techniques. Cet article prévoit que les pays puissent atteindre leurs objectifs de réduction des émissions via des mécanismes de transfert. Il s'agit d'en définir précisément les contours et d'empêcher que des réductions d'émissions soient comptées deux fois.

Cet article 6 fera certainement l'objet de discussions supplémentaires, plus informelles, d'ici la COP25 au Chili, selon un observateur. «Si on rate la définition» de ces règles, «on crée un trou béant», a averti Lucile Dufour du Réseau Action Climat (RAC). «On touche à sa crédibilité même.»

Préoccupations des jeunes

Les discussions ont aussi porté sur les «pertes et dommages» subies par les régions touchées par des catastrophes liées au réchauffement climatique. Avec la question sous-jacente: qui doit payer?

«Savez-vous qui s'en soucie? Les jeunes comme moi», a martelé Sadie de Coste, une représentante des organisations de jeunes, rappelant que des écoliers descendaient dans la rue depuis des mois pour réclamer plus d'actions contre le réchauffement climatique.

«Les gens se soulèvent à travers le monde parce que ce que ce processus considère comme acceptable est fondamentalement inacceptable pour nous», a lancé Felipe Fontecilla, étudiant chilien venu représenter la société civile devant les délégations.

«Il n'y a pas eu beaucoup d'ambitions»

Avant la COP25, le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a convoqué un sommet en septembre à New York sur le climat. Il appelle les pays à présenter des plans concrets pour réduire de 45% les gaz à effet de serre sur les dix ans à venir et pour les supprimer totalement d'ici 2050.

«Au contraire, ici à Bonn, il n'y a pas eu beaucoup d'ambitions», a déploré Alden Meyer, expert de l'Union of Concerned Scientists. Les ONG espèrent aussi que cette rencontre sera l'occasion pour plus de pays de relever leurs ambitions dans leurs contributions nationales (NDC), des plans qui doivent être mis à jour en 2020. (ats/nxp)

Créé: 27.06.2019, 18h47

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.