Samedi 30 mai 2020 | Dernière mise à jour 16:24

Australie Le coronavirus est traqué jusque dans les égouts

Afin de prévenir tout nouveau foyer épidémique, l'Australie a commencé à analyser ses eaux usées. Un moyen peu coûteux et efficace de surveiller l'évolution de l'épidémie.

La ville de Melbourne a commencé à analyser les eaux usées et les excréments pour détecter d'éventuelles traces du virus.

La ville de Melbourne a commencé à analyser les eaux usées et les excréments pour détecter d'éventuelles traces du virus. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pour lutter contre le coronavirus, l'Australie a lancé cette semaine un vaste programme visant à descendre dans les égouts pour traquer toute trace de coronavirus dans les eaux usées. Le but est de prévenir un nouveau foyer épidémique.

La ville de Melbourne a ainsi commencé à analyser les eaux usées et les excréments pour détecter d'éventuelles traces du virus. En fonction des résultats, une politique ciblée de dépistage et de traçage des personnes porteuses du coronavirus sera mise en oeuvre dans les quartiers concernés.

Selon Nicholas Crosbie de Melbourne Water, sa compagnie, en charge de la gestion des eaux de la ville, espère contrôler les échantillons de 71% des habitants de Victoria, l'un des États les plus peuplés de l'île. «L'objectif est d'être vigilant et de détecter des cas non déclarés ou une réapparition» du virus, explique-t-il.

Les eaux usées de Paris, de Tokyo, d'Amsterdam, de Valence (Espagne) et du Massachusetts (États-Unis) ont également été analysées, mais souvent à plus petite échelle. Cette politique a cependant fait preuve de son efficacité.

Moyen peu coûteux

Alors que l'Australie a commencé à lever certaines mesures après deux mois de restrictions pour juguler l'épidémie due au nouveau coronavirus, les autorités sanitaires parient sur un vaste plan de dépistage et de traçage pour prévenir une deuxième vague de contaminations. À ce jour, plus d'un million de personnes ont été testées à travers ce pays qui compte 25 millions d'habitants.

Pour les autorités, l'analyse des eaux usées est un moyen peu coûteux et efficace de surveiller l'évolution de l'épidémie. Des hydrographes descendent des seaux dans les canalisations afin de prélever des échantillons. Ces derniers sont ensuite analysés dans un laboratoire chargé de détecter toute trace de virus. «Nous savons que le coronavirus est excrété dans les selles jusqu'à six semaines après l'apparition des premiers symptômes», explique M. Crosbie.

Mieux «cibler la surveillance»

Il tient cependant à préciser qu'il n'y a aucun risque de contracter le virus via l'eau traitée, car il est éliminé lors du traitement des eaux usées. L'analyse de ces dernières est déjà employée pour détecter des maladies comme la poliomyélite et la présence de drogues comme la cocaïne. «Comparé aux tests cliniques, c'est très rentable, mais en aucun cas cela ne remplace la surveillance clinique», souligne-t-il. «L'intérêt de tout cela est de cibler plus efficacement la surveillance clinique».

Si la présence du virus est détectée dans un échantillon, il est ensuite possible de remonter jusqu'au quartier où il a été prélevé, mais pas jusqu'au domicile d'où il provient. «S'il y a un quartier qui n'a recensé aucun cas mais que [le virus, ndlr] a été retrouvé dans le flux des eaux usées, alors nous réalisons que nous devons nous concentrer sur ce quartier pour trouver les personnes» porteuses, a expliqué le ministre de la santé Greg Hunt sur Channel 7.

Conséquences désastreuses

L'Australie a été un des pays qui a le mieux réussi à contenir l'épidémie de Covid-19, avec seulement 7000 cas et 100 décès répertoriés. Il a commencé à assouplir avec prudence les restrictions, mais les autorités, qui redoutent de nouvelles contaminations, ont mis en oeuvre un plan en trois étapes prévu sur plusieurs mois. Les économistes s'inquiètent des conséquences désastreuses qu'aurait un deuxième confinement.

Depuis la fin mars, date de la mise en place des mesures, plus d'un million de personnes ont perdu leur emploi et le coût pour l'économie s'élèverait à 4 milliards de dollars australiens (2,5 milliards de francs) par semaine.

Outre cette politique de dépistage des eaux usées, le pays s'appuie sur l'application controversée pour smartphone «COVIDSafe», qui utilise la technologie Bluetooth, pour tracer les contacts avec des personnes diagnostiquées positives au coronavirus. (ats/Le Matin)

Créé: 22.05.2020, 08h28

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.