Mercredi 20 novembre 2019 | Dernière mise à jour 19:13

Pétrole La crise s'aggrave en Equateur

Les Equatoriens protestent contre la hausse des prix du carburant décidée cette semaine par Quito.

Plusieurs barrages ont été érigés sur la route Panaméricaine.

Plusieurs barrages ont été érigés sur la route Panaméricaine. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La crise déclenchée en Equateur par une forte hausse des prix des carburants s'est poursuivie samedi avec des blocages de routes par des paysans et des indigènes. A Oton, au nord de la capitale Quito, le trafic a été interrompu sur la route Panaméricaine, où des barrages ont été érigés avec de grands arbres, des tonnes de terre et des pneus de camion.

Ces barrages ont été édifiés en plusieurs points de la route ainsi qu'à l'entrée du village de Pambamarquito, où environ 200 manifestants, parmi lesquels des femmes armées de machettes, protestaient contre la suppression par le gouvernement du président Lenin Moreno de subventions publiques des carburants.

L'élimination de ces subventions d'un montant total de 1,3 milliard de dollars - l'économie de l'Equateur est dollarisée - a entraîné des hausses des prix des carburants allant jusqu'à 123%. Le gallon américain (3,79 litres) de diesel est passé de 1,03 dollar à 2,30 dollars et le gallon d'essence ordinaire de 1,85 à 2,40.

«C'est une grève illimitée»

Des manifestations ont lieu quotidiennement depuis mercredi dernier, jour où le président Moreno a annoncé la suppression des subventions dans le cadre d'un accord entre l'Equateur et le Fonds monétaire international (FMI). En échange de l'élimination de ces subventions, Quito peut accéder à des crédits d'un montant de 4,209 milliards de dollars.

Les autorités ont répertorié samedi des blocages de routes dans les provinces de Pinchicha, Cotopaxi, Imbabura, Loja, Tungurahua et Morona Santiago. «C'est une grève illimitée. Nous avons pris une décision ferme, nous sommes en lutte», a déclaré Peter Calo, un dirigeant indigène de la province de Cotopaxi.

Lenin Moreno a instauré jeudi l'état d'exception pour une durée de 60 jours et a chargé les forces armées de rétablir l'ordre, alors que des troubles affectaient Quito et le port de Guayaquil, centre commercial du pays, dans le sud-ouest. Des groupes de militaires et de policiers effectuaient samedi des patrouilles dans les banlieues de Quito.

Les écoles sont fermées depuis jeudi. Les transporteurs ont fait grève jeudi et vendredi puis ont cessé leur mouvement sans avoir obtenu les hausses des tarifs des transports qu'ils réclamaient pour compenser la hausse des carburants. Les protestations, auxquelles ont participé des étudiants et des opposants au président Moreno, ont fait 59 blessés parmi les forces de l'ordre et 379 personnes ont été arrêtées, selon le dernier bilan du gouvernement vendredi. (afp/nxp)

Créé: 06.10.2019, 05h00

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.