Mardi 20 août 2019 | Dernière mise à jour 07:54

Afrique Cyclone au Mozambique: le bilan s'alourdit encore

Les pays africains touchés par le cyclone Idai n'en finissent pas de compter leurs morts. Un dernier bilan de la catastrophe fait état de plus de 650 morts.

Idai a provoqué des inondations catastrophiques et des éboulements de terrain au Mozambique et au Zimbabwe où des tombes improvisées ont été creusées.
Vidéo: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le bilan du cyclone qui a balayé le Mozambique la semaine dernière s'est alourdi à à 676 morts. Il devrait encore grimper au fur et à mesure de la progression des secours, qui peinent à atteindre des zones toujours coupées du monde, ont prévenu les humanitaires.

«C'est un désastre naturel sans précédent. La zone affectée (au Mozambique) est d'environ 3000 km2. Un désastre qui équivaut aux catastrophes majeures», a estimé samedi le ministre mozambicain de l'Environnement, Celso Correia.

«Malheureusement, personne dans la région ni dans le monde ne pouvait prédire un désastre d'une telle ampleur», a-t-il ajouté depuis Beira (centre), la deuxième ville du Mozambique, partiellement dévastée par les intempéries. Selon le dernier bilan des autorités mozambicaines, Idai, qui a balayé la semaine dernière l'Afrique australe, a fait au moins 417 morts au Mozambique, pays le plus touché.

Au Zimbabwe, 259 personnes ont été tuées et près de 200, dont 30 écoliers, sont toujours portées disparues. Mais le bilan final sera «bien plus élevé» car «de nombreuses régions sont encore inaccessibles», a prévenu samedi la directrice générale de l'Unicef, Henrietta Fore.

Risques de maladies

«La situation va encore empirer avant de s'améliorer», a-t-elle mis en garde. «Les agences humanitaires commencent à peine à voir l'ampleur des dégâts. Des villages entiers ont été submergés, des immeubles rasés, des écoles et des centres de santé détruits», a-t-elle ajouté.

Les opérations de secours et d'acheminement de l'aide, avec hélicoptères, bateaux militaires, pneumatiques, de pêche, se poursuivaient samedi dans des conditions difficiles, compte tenu de l'effondrement de nombreuses routes et ponts. «La promiscuité dans les centres d'hébergement, le manque d'hygiène, les eaux stagnantes et infectées posent des risques de maladies comme le choléra, le paludisme et les diarrhées», a prévenu l'Unicef.

Au Zimbabwe, les rescapés continuaient ce weekend à enterrer leurs morts, tandis que 120 corps ont été emportés par les eaux au Mozambique, selon Ocha. (ats/nxp)

Créé: 23.03.2019, 12h24

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.