Mercredi 20 mars 2019 | Dernière mise à jour 01:57

Présidentielle française Un débat d'une brutalité inédite, selon la presse

Selon un sondage auprès d'un échantillon de téléspectateurs interrogés à l'issue du début, Emmanuel Macron a été jugé plus convaincant que Marine Le Pen.

Cet unique débat entre les deux tours a été très suivi.

Cet unique débat entre les deux tours a été très suivi. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le débat télévisé entre les deux finalistes de la présidentielle française Marine Le Pen et Emmanuel Macron a été d'une brutalité inédite et confus déplore jeudi la presse française, à trois jours du second tour de l'élection présidentielle.

Emmanuel Macron et Marine Le Pen se sont affrontés mercredi soir «au cours d'un débat d'entre deux tours d'une brutalité inédite qui a souvent manqué de hauteur et sans parvenir à instaurer un dialogue à la hauteur de l'enjeu», résume en Une Le Figaro.

«Il est malaisé de qualifier de débat le pugilat d'hier soir», assène Paul-Henri du Limbert, l'éditorialiste du Figaro.

Peu de programme

Un «débat brutal, violent de bout en bout», reconnaît Le Monde sur son site internet. «Jamais un débat de l'entre-deux-tour n'aura été aussi vif», écrit en Une Le Parisien, pour qui «pour le fond des programmes, on reste sur sa faim».

«Il y a beaucoup à dire sur les projets d'Emmanuel Macron mais pas comme cela. Pas avec une grosse artillerie qui tire au hasard toujours le même boulet», s'emporte Laurent Joffrin, dans Libération.

Le thème du combat de boxe inspire les éditorialistes.

Les deux candidats se sont rendus «coup pour coup sur le ring explosif du débat présidentiel», relève Philippe Palat, du Midi Libre. Et pour lui, c'est: «sans doute l'une des confrontations télévisées les plus brutales, les plus chaotiques».

Avantage à Macron

Xavier Brouet, du Républicain Lorrain, a vu lui aussi un «rude combat» dans lequel «ne manquait que les gants de boxe».

La candidate d'extrême droite Marine Le Pen a reproché à Emmanuel Macron de porter «la mondialisation sauvage», le centriste pro-européen l'accusant de «haine» et de «mensonges».

Selon un sondage auprès d'un échantillon de téléspectateurs interrogés à l'issue du début, 63% considèrent que M. Macron s'est montré le plus convaincant, contre 34% pour Mme Le Pen. (afp/nxp)

Créé: 04.05.2017, 08h05

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.