Dimanche 22 avril 2018 | Dernière mise à jour 12:20

France Un débris de fusée Space X retrouvé en Bretagne?

Un couple a découvert un cône creux couvert de coquillages, sur l’île de Quéménès. Il pourrait s'agir d'un débris appartenant à une fusée américaine financée par Elon Musk.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le 11 avril dernier, Amélie et son compagnon, Étienne, ont trouvé un drôle d'objet: un cône creux de 2,50 m de diamètre et 1,30 de hauteur, échoué sur l’île bretonne de Quéménès (F).

la jeune femme publie alors des photos de sa découverte sur Twitter:«Une baignoire de mer? Une soucoupe volante?», s'amuse-t-elle. L’objet a visiblement longuement séjourné dans des eaux qui semblent lointaines. «On y trouve des coquillages. Mais ils ne sont pas d’ici. Ce ne sont pas des moules de chez nous!», explique-t-elle à Ouest-France.

Mais c'est sur une petite plaque figurant sur le débris que se cache peut-être la réponse à ce mystère: on peut y voir les inscriptions «SpaceX» et «Nose cone».

Ingénieurs de formation, Amélie et Etienne pensent donc qu'il peut s'agir d'un fragment de la fusée américaine de la fameuse compagnie Space X appartenant au milliardaire Elon Musk. Ils lui ont envoyé un tweet... Suite au prochain numéro.

(Le Matin)

Créé: 17.04.2018, 08h00


Sondage

Etes-vous toujours à jour avec impôts?





S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Les plus partagés Monde