Samedi 7 décembre 2019 | Dernière mise à jour 22:54

Etats-Unis Début du procès d'Elon Musk pour diffamation

Elon Musk s'en était pris en 2018 à un spéléologue britannique, le traitant de pédophile sur internet. Le fondateur de Tesla doit désormais être jugé pour diffamation

Elon Musk avait employé sur Twitter le terme de «pédo» («pedo guy»).

Elon Musk avait employé sur Twitter le terme de «pédo» («pedo guy»). Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le fondateur du constructeur automobile Tesla, Elon Musk, a assuré mardi à l'ouverture de son procès pour diffamation à Los Angeles que son intention n'avait jamais été de qualifier «littéralement» de pédophile un spéléologue britannique, et a renouvelé ses excuses envers le scientifique.

Le milliardaire a affirmé devant le jury qu'il était «énervé» lorsqu'il s'en était pris, sur Twitter à l'été 2018, au britannique Vernon Unsworth. Ce dernier avait qualifié de «coup de pub» l'offre avortée d'Elon Musk d'envoyer un sous-marin miniature pour aider au sauvetage de 12 jeunes footballeurs et leur entraîneur, pris au piège par la montée des eaux alors qu'ils exploraient une grotte thaïlandaise.

Les jeunes étaient restés bloqués pendant deux semaines avant d'être évacués au terme d'une opération internationale de grande ampleur, à laquelle le spéléologue avait participé. À la suite d'une querelle par médias interposés, Elon Musk avait employé sur Twitter le terme de «pédo» («pedo guy») pour désigner Vernon Unsworth, 64 ans, qui vit une partie de l'année en Thaïlande.

«C'est idiomatique, je ne pensais pas littéralement qu'il était un pédophile», s'est défendu mardi Elon Musk, habillé d'un costume noir et d'une cravate sombre. L'accusation de «coup de pub» du spéléologue était «une attaque injustifiée face à une tentative honnête de sauver les enfants», a-t-il argué. «C'était insultant donc je l'ai insulté en retour.»

«Dispute»

Face au tollé provoqué à l'époque par ses commentaires sur le réseau social, le patron avait présenté ses excuses au spéléologue et effacé les messages injurieux. Interrogé pour savoir pourquoi il n'avait pas clairement dit à ce moment là qu'il ne considérait pas que Vernon Unsworth soit un pédophile, Elon Musk a répondu qu'il ne pensait pas avoir eu besoin de le faire tant cela lui semblait évident. «Pour moi cela ne nécessitait aucune clarification», a-t-il déclaré. «Je me suis excusé et je le dis de nouveau: je m'excuse M. Unsworth», a répété Elon Musk mardi, visiblement mal à l'aise.

Le fantasque homme d'affaires est souvent pointé du doigt pour ses frasques. Son témoignage devrait se poursuivre mercredi au tribunal. Elon Musk s'était déjà défendu en assurant que le terme de «pedo guy» était une injure courante en Afrique du Sud, où il a grandi. «C'est synonyme de vieil homme glauque et c'est utilisé pour insulter l'apparence d'une personne et son comportement, pas pour accuser cette personne d'actes pédophiles», avait plaidé le patron de Tesla dans un document déposé auprès du tribunal.

L'avocat du milliardaire, Alex Spiro, a répété cet argument mardi. Il s'agit de «tweets moqueurs, provocateurs dans une dispute entre deux hommes», a tenté de faire valoir l'avocat. En réponse, les avocats du spéléologue britannique ont présenté d'autres tweets jugés insultants d'Elon Musk. Le procès, durant lequel Vernon Unsworth fournira également sa version des faits, devrait se conclure d'ici vendredi. (afp/nxp)

Créé: 03.12.2019, 21h53

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.