Dimanche 31 mai 2020 | Dernière mise à jour 07:42

Bulgarie Découverte des plus anciens vestiges d'Homo sapiens d'Europe

L'analyse des vestiges prélevés dans une grotte bulgare révèle la présence de l’homme moderne en Europe, il y a de cela environ 45’000 ans.

Des fragments d'os  et une dent ont été retrouvés dans une grotte en Bulgarie.

Des fragments d'os et une dent ont été retrouvés dans une grotte en Bulgarie. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une dent et des fragments d'os retrouvés dans une grotte en Bulgarie ont révélé l'existence du plus vieil Homo sapiens d'Europe connu à ce jour grâce à de nouveaux travaux de datation publiés cette semaine par une équipe de chercheurs internationaux.

L'analyse des vestiges prélevés dans la grotte de Bacho Kiro, dans le nord de la Bulgarie, fait remonter à environ 45'000 ans la présence sur le continent européen d'Homo sapiens, également appelé l'homme moderne, décrivent deux articles parus dans les revues Nature et Nature Ecology and Evolution.

«Il s'agit de la période de la première arrivée d'Homo sapiens sur le territoire européen depuis le Moyen Orient et de sa cohabitation avec les Néandertaliens qui a duré pendant 5000 à 10'000 ans», a expliqué à l'AFP Nikolay Sirakov, l'un des responsables des fouilles et professeur à l'Institut d'archéologie de l'Académie bulgare des sciences.

Première arrivée

«La science estimait que ces événements s'étaient déroulés sur une période datant d'il y a 38'000 à 42'000 ans. Nous avons prouvé qu'ils avaient eu lieu plus tôt», a-t-il ajouté.

Les vestiges de Bacho Kiro «sont le plus ancien exemple européen connu attestant la présence d'Homo sapiens au Paléolithique supérieur. Arrivés en Europe il y a environ 45'000 ans, les hommes modernes ont peu à peu pris la place occupée par les Néandertaliens», décrit un communiqué du Collège de France dont deux professeurs appartiennent à l'équipe internationale ayant travaillé sur ces datations.

La période de transition entre les populations de Néandertaliens et d'Homo sapiens continue de faire l'objet de nombreuses questions et cette nouvelle datation apporte de nouveaux éléments.

Humains modernes

Une première datation des vestiges au carbone 14 suggère une tranche d'âge comprise entre 46'940 et 43.650 ans. Une seconde méthode, basée sur l'analyse de l'ADN mitochondrial extrait des ossements, donne des estimations allant de 44'830 à 42'616 ans, précise le collège de France.

«Ces résultats montrent que les humains modernes se sont étendus aux latitudes moyennes de l'Eurasie avant 45'000 ans. Chevauchant l'aire de répartition des Néandertaliens, ils ont donc exercé une influence sur le comportement de ces derniers avant de les remplacer», explique encore l'institution.

Le site de Bacho Kiro, connu depuis les années 1930 et aménagé pour la visite touristique, avait fait l'objet de nouvelles fouilles depuis 2015. (afp/nxp)

Créé: 12.05.2020, 20h23

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.