Mercredi 23 août 2017 | Dernière mise à jour 07:45

Syrie Del Ponte: il y a assez de preuves contre Assad

La juge tessinoise est convaincue que les preuves sont suffisantes pour condamner le président syrien de crimes de guerre.

Galerie photo

Syrie: de la guerre totale aux négociations de paix (janvier-mai 2017)

Syrie: de la guerre totale aux négociations de paix (janvier-mai 2017) Plus de six ans de guerre ont fait plus d'un demi-million de morts et cinq à six millions de déplacés. Les négociations de paix patinent.

Galerie photo

Syrie, la guerre jusqu'à la chute d'Alep (juillet-décembre 2016)

Syrie, la guerre jusqu'à la chute d'Alep (juillet-décembre 2016) L'intervention des Russes a permis au pouvoir syrien de redresser une situation compromise et de reprendre le contrôle de larges pans du territoire.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'ex-procureure générale du TPIY et du TPIR Carla Del Ponte a confirmé avoir envoyé sa lettre de démission à la Commission d'enquête de l'ONU sur la Syrie, jeudi. Elle se dit aussi convaincue que les preuves sont suffisantes pour condamner Assad de crimes de guerre.

«Ma démission prendra effet le 18 septembre, date de la prochaine session de la Commission», précise l'ancienne procureure générale des Tribunaux internationaux pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) et le Rwanda (TPIR) dans un entretien au Matin Dimanche et à la SonntagsZeitung.

Les preuves sont suffisantes pour condamner le président syrien Bachar el-Assad de crimes de guerre, assure-t-elle par ailleurs. Mais en raison du veto de la Russie au Conseil de sécurité de l'ONU sur la création d'un tribunal international, il n'y aura ni accusation ni tribunal spécial pour l'instant.

Pas d'avenir sans justice

Cette situation est «frustrante», «c'est une tragédie», critique-t-elle. «Sans justice en Syrie, il n'y aura jamais de paix et donc aucun avenir», constate la Tessinoise. «Je n'ai jamais vu un conflit aussi violent, dans lequel il y a autant d'enfants morts, torturés, décapités. Les enfants sont les premières victimes de ce conflit.»

«Ma démission est aussi une provocation. Elle doit servir à mettre la pression sur le Conseil de sécurité, qui doit rendre justice aux victimes», insiste-t-elle.

Si toutefois un tel tribunal pour la Syrie devait voir une fois le jour, l'ancienne procureure de la Confédération, 70 ans, serait partante pour le diriger. Sinon, elle écrirait volontiers un livre sur ses expériences au sein de la Commission d'enquête de l'ONU sur la Syrie, créée en 2011 sous les auspices du Conseil des droits de l'homme (CDH) et dont Mme Del Ponte était membre depuis septembre 2012. (ats/nxp)

Créé: 13.08.2017, 10h53


Sondage

Faut-il supprimer les places de parc gratuites pour libérer les centres-villes des voitures?




S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.