Dimanche 21 juillet 2019 | Dernière mise à jour 23:28

Amérique latine Une délégation iranienne au Venezuela

Le chef de la diplomatie vénézuélienne a annoncé lundi l'arrivée à Caracas d'une délégation iranienne.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le gouvernement vénézuélien a annoncé lundi l'arrivée à Caracas d'une mission diplomatique iranienne pour négocier l'ouverture d'une liaison aérienne commerciale entre les deux pays, suscitant les soupçons de l'opposant Juan Guaido, en plein bras de fer pour le pouvoir avec le président Nicolas Maduro.

«Une délégation est arrivée aujourd'hui (...) d'Iran par un vol commercial d'une ligne iranienne. Elle est présidée par le conseiller du ministre des Affaires étrangères et directeur général pour les Amériques du ministère des Affaires étrangères, Mohsen Baharvand», a annoncé le chef de la diplomatie vénézuélienne, Jorge Arreaza, lors d'une conférence de presse.

Selon le ministre, la possibilité d'une liaison aérienne entre Téhéran et Caracas «est présente dans les discussions avec l'Iran depuis longtemps», mais cette fois la délégation est venue «pour donner suite aux accords».

Plus tôt, le chef du Parlement Juan Guaido, reconnu président par intérim par une cinquantaine de pays dont les Etats-Unis, a émis des doutes sur de telles discussions et soupçonné le gouvernement de viser un autre objectif. «Le régime continue son jeu géopolitique» pour «faire voir qu'il reçoit un soutien qui n'existe pas», a-t-il déclaré, ajoutant que le Parlement diligenterait une enquête sur cette affaire. «D'une manière maladroite, ils se font prendre en photo avec des dictateurs», a ajouté M. Guaido en référence à l'entretien jeudi à Damas entre M. Arreaza et le président syrien Bachar el-Assad.

Militaires russes

Le sénateur américain Marco Rubio, féroce critique du président vénézuélien, a également réagi : «A moins que l'Iran ne devienne soudainement une source importante de touristes internationaux, c'est une raison supplémentaire qui montre que le régime de Maduro est une menace pour la sécurité nationale des Etats-Unis», a-t-il écrit sur Twitter.

Pour Jorge Arreaza, le Venezuela approfondit ses relations avec les pays «amis» tels que l'Iran et la Russie «à un moment où ont lieu des agressions» de la part de l'administration de Donald Trump, que Caracas accuse d'orchestrer la déstabilisation du pays pétrolier. L'Iran, la Russie, la Chine et la Turquie ont apporté leur soutien à Nicolas Maduro dans son bras de fer avec Juan Guaido.

Le 23 mars, deux avions militaires russes sont arrivés au Venezuela. Selon la presse locale, une centaine de militaires et du matériel se trouvaient à bord. Washington a dénoncé «une provocation», tandis que Moscou et Caracas ont défendu l'application d'accords de coopération bilatéraux. (afp/nxp)

Créé: 09.04.2019, 01h56

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.