Dimanche 19 mai 2019 | Dernière mise à jour 08:00

Yémen Démonstration de force rebelle Houthis à Sanaa

Les Houthis, qui tiennent Sanaa, ont manifesté pour marquer leur opposition à l'intervention il y a 2 ans d'une coalition arabe.

La manfestation géante a rassemblé des centaines de milliers de partisans de la rebellion chiite Houthis. (Image - dimanche 26 mars 2017)
Vidéo: Keystone

Galerie photo

Le Yémen plongé dans une guerre civile dévastratrice

Le Yémen plongé dans une guerre civile dévastratrice Les forces armées yéménites ont lancé une vaste opération contre les djihadistes.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Deux ans après l'intervention d'une coalition militaire arabe au Yémen, les rebelles chiites Houthis, qui contrôlent Sanaa, se disent prêts à résister jusqu'au bout. Ils ont marqué l'anniversaire en organisant dimanche une manifestation géante dans la capitale.

Selon des correspondants de l'AFP, des centaines de milliers de Yéménites - certains venant de régions contrôlées par les rebelles - ont convergé vers la place Sabine en scandant des slogans hostiles à l'Arabie saoudite, qui conduit la coalition arabe, et en promettant de «résister jusqu'au bout».

Symboliquement, un tribunal rebelle avait condamné à mort la veille le président Abd Rabbo Mansour Hadi pour «haute trahison», a écrit l'agence rebelle Saba.

L'ex-président Ali Abdallah Saleh, allié aux rebelles Houthis, a fait une brève apparition à la manifestation où il a été ovationné. La veille, il a affirmé que «les Yéménites libres continueront à choisir l'option de la résistance tant que la coalition (...) continuera d'agresser leur pays et de privilégier le choix de la guerre».

Lignes de front figées

S'estimant marginalisés, les Houthis, issus de l'importante minorité zaïdite (environ un tiers de la population) concentrée dans le nord, ont lancé une offensive fulgurante en 2014 qui leur a permis de s'emparer entre autres de la capitale Sanaa.

Le 26 mars 2015, l'Arabie saoudite et ses alliés ont déclenché une campagne de frappes aériennes contre les rebelles. Cette intervention a permis aux forces pro-Hadi de reprendre à l'été de la même année cinq provinces du sud, mais le nord et Sanaa restent toujours sous le contrôle des Houthis et de leurs alliés.

Deux ans tout juste après l'intervention arabe, plus de 7700 personnes, majoritairement des civils, ont été tuées et 40'000 blessées dans la guerre au Yémen. Le pays subit la pire crise humanitaire au monde, selon l'ONU.

Les efforts de l'organisation pour trouver une solution politique sont au point mort, comme l'a constaté l'émissaire onusien Ismail Ould Cheikh Ahmed. (ats/nxp)

Créé: 27.03.2017, 04h07

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.