Mercredi 21 août 2019 | Dernière mise à jour 00:58

Venezuela Les députés retrouvent les bancs du Parlement

Les députés de l'opposition vénézuélienne, dont l'accès au Parlement avait été bloqué mardi, ont pu reprendre leurs débats mercredi.

Tôt mercredi, les effectifs de la Garde nationale bolivarienne, un corps militarisé, avaient été déployés autour du Palais fédéral, situé dans le centre de Caracas. (15 mai 2019)

Tôt mercredi, les effectifs de la Garde nationale bolivarienne, un corps militarisé, avaient été déployés autour du Palais fédéral, situé dans le centre de Caracas. (15 mai 2019) Image: AFP

Maduro dénonce la «violation» de l'ambassade vénézuélienne aux Etats-Unis

Nicolas Maduro a dénoncé mercredi la «violation» de l'ambassade vénézuélienne à Washington après la notification d'expulsion faite lundi par la police américaine aux militants pro-Maduro qui occupent ces locaux.

Galerie photo

Venezuela: le président du Parlement s'autoproclame «président»

Venezuela: le président du Parlement s'autoproclame «président» Deux présidents se faisaient face au Venezuela après que le président du Parlement, contrôlé par l'opposition, s'est autoproclamé «président» par intérim

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les députés vénézuéliens opposés au président Nicolas Maduro ont repris mercredi leurs débats à l'Assemblée nationale au lendemain d'une nouvelle passe d'armes avec le pouvoir chaviste qui a, selon eux, tenté de les «bâillonner» en faisant bloquer l'accès au Parlement par les forces de l'ordre.

«Nous voici, nous siégeons et nous faisons face au peuple du Venezuela», s'est réjoui à la tribune Juan Guaido, le président du Parlement unicaméral, qu'une cinquantaine d'Etats reconnaissent comme président par intérim de ce pays qui traverse la pire crise de son histoire récente.

Dans la journée, les parlementaires se sont succédé à la tribune pour dénoncer l'«offensive» du pouvoir chaviste à leur encontre. Mais les images retransmises par VPI, une télévision privée, montraient une assemblée où peu de députés siégeaient.

Tentative de «bâillonner» le Parlement

Tôt mercredi, les effectifs de la Garde nationale bolivarienne, un corps militarisé, avaient été déployés autour du Palais fédéral, situé dans le centre de Caracas. Ils laissaient uniquement entrer les parlementaires et repoussaient les journalistes jusqu'à plusieurs dizaines de mètres du bâtiment, selon des photographes de l'AFP. «Nous sommes à l'intérieur. On est entrés normalement, on nous a juste demandé de nous identifier», a déclaré à l'AFP le député Arnoldo Benitez.

La veille, la Garde nationale, épaulée par la police et les services de renseignement, le Sebin, avait bloqué tous les accès à l'Assemblée, «prétextant la présence d'engins explosifs» à l'intérieur, selon les députés d'opposition qui n'avaient donc pas pu siéger. Juan Guaido avait alors évoqué une tentative du gouvernement de Nicolas Maduro de «bâillonner» le Parlement, unique institution contrôlée par l'opposition au chef de l'Etat socialiste.

Car depuis le soulèvement manqué du 30 avril, auquel avait appelé Juan Guaido, le pouvoir concentre son offensive sur l'Assemblée nationale en pourchassant les «traîtres» responsables, à ses yeux, de cette opération.

Pour l'heure, la justice, que l'opposition accuse de ne répondre qu'au gouvernement, a lancé des poursuites contre 14 parlementaires pour leur participation «active» à la tentative de rébellion contre Nicolas Maduro. «La seule option au Venezuela c'est la lutte (...). Et le Parlement est là pour vous (les Vénézuéliens, ndlr) accompagner et sortir de cette crise», a encore déclaré Juan Guaido mercredi à l'Assemblée.

Le bras droit de Guaido arrêté

Le plus connu des 14 parlementaires poursuivis est Edgar Zambrano, vice-président de l'Assemblée nationale et bras droit de Juan Guaido. Il a été arrêté la semaine dernière et placé en détention provisoire dans une prison militaire. Quatre députés se sont réfugiés dans des résidences diplomatiques. Un autre a fui vers la Colombie, tandis qu'un dernier, Freddy Superlano, a annoncé sur Twitter mercredi qu'il passait «à la clandestinité».

L'Assemblée nationale est depuis fin 2015 aux mains de l'opposition à Nicolas Maduro, mais en 2016 la Cour suprême l'a déclarée hors-la-loi. Depuis, les lois votées par les députés sont ignorées par l'exécutif, mais les parlementaires continuent à siéger.

Juan Guaido, qui préside l'Assemblée, s'est proclamé président par intérim le 23 janvier et il tente depuis de déloger Nicolas Maduro du pouvoir, qu'il qualifie d'«usurpateur». A l'inverse, Nicolas Maduro accuse Juan Guaido de fomenter un «coup d'Etat» avec l'appui des Etats-Unis, principal soutien de l'opposant. C'est d'ailleurs avec le patron du Southcom - le commandement américain pour l'Amérique du Sud - que Juan Guaido a ordonné à son représentant à Washington de prendre contact.

«Ils devraient faire la paix»

Washington, qui a déjà pris bon nombre de sanctions contre les autorités vénézuéliennes, a annoncé mercredi la suspension des liaisons aériennes américaines et étrangères entre les Etats-Unis et le Venezuela. Les autorités américaines estiment en effet que les conditions de sécurité ne sont plus réunies. Dans les faits, cette décision ne va pas changer grand chose, étant donné que la plupart des compagnies reliant les Etats-Unis et le Venezuela ont déjà suspendu leurs liaisons directes entre les deux pays.

Et au sein de la population vénézuélienne, la crise politique commence à lasser. Les deux camps, pro-Guaido et pro-Maduro, «devraient arrêter de s'entretuer, ils devraient faire la paix et soutenir le pays», expliquait ainsi mercredi à l'AFP Leidy Ramirez, une mère de famille du quartier populaire de Petare, dans l'est de Caracas.

La crise politique se double d'une très grave crise économique. L'hyperinflation devrait atteindre 10'000'000% cette année, selon le FMI. Les pénuries se multiplient, tout comme les pannes de courant. (afp/nxp)

Créé: 16.05.2019, 00h53

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.