Jeudi 22 août 2019 | Dernière mise à jour 15:01

Campagne anglaise Des crevettes d'eau douce cokées

Des chercheurs ont fait une découverte très surprenante dans la campagne anglaise, loin de la ville. Des crevettes d'eau douce, analysées, présentaient des traces de cocaïne.

De la cocaïne, de la kétamine et aussi des pesticides (illégaux) ont été relevés sur les crevettes analysées.

De la cocaïne, de la kétamine et aussi des pesticides (illégaux) ont été relevés sur les crevettes analysées. Image: archive/photo d'illustration/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des traces de cocaïne et de kétamine ont été retrouvées dans des crevettes d'eau douce du Suffolk, comté rural de l'est de l'Angleterre, qui par nature semblait pourtant à l'abri de ce genre de découverte, révèle une étude publiée mercredi.

«On pourrait s'attendre à ce qu'il en soit ainsi dans les zones urbaines comme Londres mais pas dans les zones plus petites et plus rurales», souligne dans un communiqué le Dr Leon Barron du King's College de Londres, un des deux établissements, avec l'Université du Suffolk, à l'origine de cette découverte.

Publiée dans la revue scientifique «Environment International», l'étude visait au départ à déterminer le niveau d'exposition de la faune sauvage à divers «micro-polluants», ces polluants toxiques à très faibles concentrations, tels que les résidus de médicaments ou de produits cosmétiques.

Inquiétude pour l'environnement

Pour ce faire, les chercheurs ont effectué des prélèvements sur 15 sites couvrant cinq rivières du Suffolk. Et «étonnamment, de la cocaïne a été retrouvée dans tous les échantillons testés», indique l'étude.

«D'autres drogues illicites comme la kétamine mais aussi des pesticides (illégaux) et des produits pharmaceutiques, étaient également très répandus dans les crevettes collectées», ajoute-t-elle.

Bien que faibles, les niveaux de concentration de ces différentes substances n'en constituent pas moins un motif «d'inquiétude» pour l'environnement, et une menace pour la faune, met en garde le Dr Thomas Miller, du King's College.

L'impact de ce type de pollution chimique sur «la faune sauvage doit être davantage pris en compte au Royaume-Uni», insiste le Pr Nic Bury, de l'université du Suffolk. (afp/nxp)

Créé: 01.05.2019, 19h14

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.