Lundi 22 juillet 2019 | Dernière mise à jour 23:29

Guerre Des missiles français découverts en Libye

Des missiles français ont été découverts dans un QG du maréchal Haftar. Paris nie toute violation de l'embargo sur les armes.

Maréchal libyen Khalifa Haftar.

Maréchal libyen Khalifa Haftar.

Galerie photo

Octobre 2014, la Libye, trois ans après la chute du colonel Kadhafi

Octobre 2014, la Libye, trois ans après la chute du colonel Kadhafi Le 20 octobre 2011, le colonel Kadhafi était tué. Sa mort mettait fin à 8 mois de conflit. Trois ans après, le pays qui rêvait de devenir la nouvelle Dubaï, est toujours plongé dans le chaos.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La France a admis mercredi que les missiles découverts dans un QG du maréchal libyen Khalifa Haftar près de Tripoli lui appartenaient, tout en niant lui avoir fourni ces armes en violation de l'embargo sur les armes en vigueur en Libye.

Cette affaire risque de nourrir une fois encore les suspicions quant à un soutien français au camp Haftar, ce dont Paris se défend.

«Les missiles Javelin trouvés à Gharyan (ouest) appartiennent effectivement aux armées françaises, qui les avaient achetés aux Etats-Unis», a déclaré à l'AFP le ministère français des Armées, confirmant d'embarrassantes révélations du «New York Times».

Le quotidien américain a attribué mardi à la France la propriété de quatre missiles antichars, découverts par les forces loyales au gouvernement d'union nationale (GNA) sur une base reprise fin juin au maréchal Haftar, l'homme fort de l'Est libyen, qui a lancé en avril une offensive sur la capitale.

Munitions «endommagées et hors d'usage»

«Ces armes étaient destinées à l'autoprotection d'un détachement français déployé à des fins de renseignement en matière de contre-terrorisme», a détaillé le ministère des Armées, ainsi forcé de confirmer la présence de forces françaises sur le territoire libyen, alors que Paris n'évoque d'habitude jamais l'engagement de ses forces spéciales et de ses agents de renseignement.

Toutefois, ces munitions, «endommagées et hors d'usage», étaient «temporairement stockées dans un dépôt en vue de leur destruction» et «n'ont pas été transférées à des forces locales», assure Paris qui se défend de les avoir fournies aux troupes du maréchal Haftar, sans pour autant expliquer comment elles ont fini sur cette base.

«Il n'a jamais été question ni de vendre, ni de céder ni de prêter ou de transférer ces munitions à quiconque en Libye», insiste le ministère français des Armées, qui ne dit pas non plus pourquoi ces munitions, stockées dans un pays en guerre, n'ont pas été rapidement détruites.

Embargo peu respecté

Les forces fidèles au GNA, reconnu par l'ONU, ont saisi lors de la reprise de Gharyan une série d'armes modernes de fabrication étrangère, présentées à la presse: trois missiles antichars Javelin et sept projectiles d'artillerie à guidage laser Norinco GP6 de fabrication chinoise.

Washington a lancé une enquête pour comprendre comment ces missiles américains étaient arrivés dans un pays théoriquement soumis à un strict embargo sur les armes depuis 2011.

En dépit de l'embargo, des livraisons d'armements sont signalées de tous côtés depuis trois mois en Libye, faisant peser la menace d'une guerre par procuration entre puissances régionales. (ats/nxp)

Créé: 10.07.2019, 13h36

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Les plus partagés Monde