Dimanche 23 février 2020 | Dernière mise à jour 14:27

Espagne La destitution du président catalan ordonnée

Suite à sa condamnation pour «désobéissance», la commission électorale entend déchoir de ses fonctions de député l'indépendantiste Quim Torra.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Commission électorale espagnole a ordonné vendredi que l'indépendantiste catalan Quim Torra soit déchu de ses fonctions de député régional, ce qui impliquerait qu'il perde la présidence de la Catalogne.

Condamné en décembre

Dans un communiqué, cette commission a indiqué avoir décidé que «le mandat de député élu au parlement catalan (...) de Quim Torra soit sans effet», une décision qui sera effective dans les prochains jours lorsqu'elle sera publiée.

Or, selon le statut d'autonomie de cette région du nord-est de l'Espagne, son président doit être un député régional.

Cette décision fait suite à la condamnation de Quim Torra le 19 décembre à 18 mois d'inéligibilité par la justice espagnole pour «désobéissance». Il avait refusé d'obéir à l'ordre de la commission électorale de retirer des emblèmes indépendantistes de la façade du siège du gouvernement régional pendant une campagne électorale.

«Nouveau coup d'Etat»

Quim Torra, en soutien duquel un millier de personnes ont manifesté devant le siège du gouvernement régional à Barcelone, a dénoncé vendredi soir un «nouveau coup d'Etat contre les institutions catalanes».

«Je présenterai tous les recours possibles contre cette décision autoritaire et complètement irrégulière», a-t-il dit avant d'annoncer la convocation d'une session plénière du parlement catalan samedi.

Selon lui, la seule instance pouvant le destituer de ses fonctions de président régional est ce même parlement catalan, contrôlé par les indépendantistes.

La condamnation judiciaire à l'encontre de Quim Torra n'était pas définitive car ce dernier a fait appel devant la Cour suprême.

Mais sans attendre la décision définitive de la justice, la Commission électorale a donné raison aux partis de droite et d'extrême droite qui lui demandaient que Quim Torra soit destitué.

Contexte politique lourd

Cette décision de la commission électorale intervient dans un contexte politique lourd en Espagne, à la veille du débat d'investiture du socialiste espagnol Pedro Sanchez au parlement espagnol.

Pedro Sanchez était assuré d'être reconduit au pouvoir depuis que le parti indépendantiste catalan ERC, qui gouverne la région avec le parti de Quim Torra, lui a apporté jeudi son soutien.

Ce parti, critiqué par les autres formations indépendantistes pour avoir accordé ce soutien à Pedro Sanchez, a annoncé la convocation d'une réunion samedi pour analyser l'ordre de destitution de Quim Torra.

Le Parti socialiste de Pedro Sanchez a exprimé, par la voix d'Adriana Lastra, l'une de ses dirigeantes, ses «doutes sérieux» sur la «compétence de la Commission électorale» à prendre une telle décision contre Quim Torra. (afp/nxp)

Créé: 03.01.2020, 19h21

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.