Dimanche 25 août 2019 | Dernière mise à jour 15:00

Attentats de Paris Deux proches de Coulibaly mis en examen

Deux hommes qui avaient été mis en contact à plusieurs reprises avec un des auteurs des attentats de Paris ont été mis en examen.

Des proches d'Amédy Coulibaly ont été mis en examen.

Des proches d'Amédy Coulibaly ont été mis en examen. Image: Keystone

Galerie photo

Carnage au sein de Charlie Hebdo

Carnage au sein de Charlie Hebdo Le 7 janvier 2015, un attentat perpétré par les frères Kouachi a fait douze morts, dont huit collaborateurs de l'hebdomadaire satirique.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Deux proches d'Amédy Coulibaly ont été mis en examen ce vendredi 13 mars pour «participation à une association de malfaiteurs terroriste en vue de commettre des crimes contre les personnes», a indiqué le parquet de Paris.

Selon le parquet, l'un des deux hommes, Amar R. (33 ans) a été en contact à de très nombreuses reprises avec Amédy Coulibaly, qui a tué une policière municipale à Montrouge (Hauts-de-Seine) le 8 janvier, puis quatre juifs lors de sa prise d'otages le lendemain au supermarché Hyper Cacher porte de Vincennes à Paris, où il a trouvé la mort.

Le procureur précise qu'Amar R. a échangé avec lui près de 600 SMS sur quatre mois et l'a rencontré à plus de dix reprises, «en particulier les 5 et 6 janvier», à la veille des attentats.

Puces de téléphones détruites

Actuellement en détention pour une affaire de droit commun, Amar R. est le compagnon d'une gendarme qui avait également été entendue, mais dont la garde à vue avait été levée mercredi.

Il a connu Amédy Coulibaly lors de son passage à la maison d'arrêt de Villepinte (Seine-Saint-Denis), où il a également été en contact avec Mickaël A., mis en examen dans le dossier des attentats le 20 janvier, notamment pour association de malfaiteurs terroriste.

Quant à l'autre homme mis en examen vendredi, Said M., 25 ans, son ADN a été identifié sur la lanière d'un taser retrouvé dans le magasin Hyper Cacher, a précisé le procureur dans son communiqué.

Il a été en contact très régulier avec Amar R. et il est établi que les deux hommes ont détruit ensemble leurs puces de téléphone portable le 9 janvier, a ajouté le parquet.

(afp/nxp)

Créé: 13.03.2015, 16h58

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.