Mercredi 13 novembre 2019 | Dernière mise à jour 18:02

Venezuela Deux soldats condamnés pour la mort d'un Marine

Le capitaine vénézuélien Rafael Acosta était mort en détention après avoir subi des «tortures» le 29 juin dernier.

Un manifestant tenant un portrait du capitaine Rafael Acosta.

Un manifestant tenant un portrait du capitaine Rafael Acosta. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Deux soldats vénézuéliens ont été condamnés mardi à six ans de prison pour leur responsabilité dans la mort d'un officier de Marine, décédé, selon l'opposition vénézuélienne et Washington, après avoir subi des «tortures» en détention, a-t-on appris auprès de l'avocat du militaire défunt.

Le lieutenant Ascanio Antonio Tarascio et le sergent Estiben Zarate, bien qu'appartenant à la Garde nationale bolivarienne, ont été jugés devant un tribunal civil de Caracas qui les a condamnés à six ans et huit mois de prison pour homicide involontaire, a indiqué Me Alonso Medina Roa.

Mais l'avocat de la victime, le capitaine de corvette Rafael Acosta, a regretté que la Justice n'ait pas retenu le chef d'inculpation de «torture» qui induit des peines entre 15 et 25 ans de prison pour les agents de l'Etat, selon le code pénal. Les deux soldats avaient été placés en détention provisoire quelques jours après la mort du capitaine Acosta le 29 juin.

«Acte de barbarie»

A l'époque, l'officier était détenu pour son implication présumée dans une tentative de coup d'Etat contre le président Nicolas Maduro. Ce «putsch» aurait dû avoir lieu les 23 et 24 juin et prévoyait l'assassinat du président et de plusieurs hauts responsables, selon le gouvernement vénézuélien.

Selon des défenseurs des droits humains, le capitaine Acosta avait comparu devant la Justice en fauteuil roulant pour répondre de ces accusations et il présentait de «graves signes de torture». Transféré à un hôpital militaire, il était mort le lendemain de l'audience.

L'opposant Juan Guaido, qu'une cinquantaine de pays reconnaissent comme président par intérim, avait aussitôt évoqué des actes de «torture» commis sur la personne du capitaine Acosta, tout comme le département d'Etat américain pour qui cette mort résultait d'un «acte de barbarie de Maduro». La Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme Michelle Bachelet s'était dit «choquée». (ats/afp/nxp)

Créé: 25.09.2019, 03h36

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.