Mercredi 8 avril 2020 | Dernière mise à jour 08:09

Elargissement Discussion «franche» entre l'UE et les Balkans

Dimanche, six dirigeants des Balkans ont entamé des discussions avec l'Union européenne pour une possible adhésion.

L'Union européenne a entamé des discussions avec la Macédoine du Nord, la Serbie, le Kosovo, l'Albanie, le Monténégro et la Bosnie, dimanche.

L'Union européenne a entamé des discussions avec la Macédoine du Nord, la Serbie, le Kosovo, l'Albanie, le Monténégro et la Bosnie, dimanche. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président du Conseil européen Charles Michel a reçu dimanche soir à Bruxelles les dirigeants des six pays des Balkans occidentaux candidats à l'adhésion à l'UE pour une «discussion franche». Ce dîner de travail est destiné à préparer le sommet de Zagreb en mai.

«J'espère une discussion franche, intense et ouverte», a-t-il annoncé dans une brève intervention avant d'accueillir ses invités. La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et le chef de la diplomatie Josep Borrell participent également à cette réunion informelle, tout comme le Premier ministre croate Andrej Plenkovic, dont le pays assure la présidence semestrielle de l'Union européenne.

«Nous allons voir comment approfondir notre partenariat avec ces pays, conforter leurs perspectives européennes et donner des signaux sur les réformes à mener», a expliqué Charles Michel.

Atterrir dans l'UE ne sera pas facile

«Il s'agit d'engager un dialogue politique au plus haut niveau avec la Macédoine du Nord, la Serbie, le Kosovo, l'Albanie, le Monténégro et la Bosnie, et de comprendre leurs attentes avant de lancer les préparatifs du sommet de Zagreb» le 17 mai, a expliqué un responsable européen. Les entretiens porteront sur la nouvelle procédure d'adhésion plus stricte réclamée par la France.

La Commission européenne a soumis une proposition en ce sens, mais elle doit encore être discutée et approuvée à l'unanimité par les Etats membres. «Nous avons tous eu des difficultés pour atterrir ce soir à Bruxelles (NDLR: à cause de la tempête) et c'est une sorte d'avertissement que pour nous atterrir (dans l'UE) ne sera pas facile», a commenté avec humour le Premier ministre de l'Albanie Edi Rama.

«Nous sommes très très intéressés pour discuter de la nouvelle méthodologie» sur l'ouverture des négociations, a-t-il déclaré.

Quatrième tentative

Le ministre des Affaires étrangères de la Macédoine du Nord, qui a eu lui aussi du mal à atterrir à Bruxelles, a repris la même métaphore que le Premier ministre albanais. «Nous avons eu trois conseils européens au cours desquels nous n'avons pas réussi a atterrir, mais nous avons l'espoir de réussir la quatrième tentative», a commenté Nikola Dimitrov.

L'espoir est que cette nouvelle procédure soit approuvée par les Etats membres pour le sommet de Zagreb et que l'accord permette d'ouvrir les négociations avec la Macédoine du Nord et l'Albanie. Elles ont déjà commencé avec le Monténégro en 2012 et la Serbie en 2014. (ats/nxp)

Créé: 16.02.2020, 21h06

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.