Samedi 19 octobre 2019 | Dernière mise à jour 08:34

Brexit Brexit: «un chemin vers un possible accord» existe

Boris Johnson et son homologue irlandais Leo Varadkar se sont rencontrés à trois semaines de la date prévue de la sortie du Royaume-Uni.

Un petit-déjeuner d'explications à Bruxelles

Les deux négociateurs sur le Brexit, Michel Barnier et Stephen Barclay, se retrouvent vendredi à Bruxelles autour d'un petit-déjeuner pour évaluer les chances de déblocage des discussions, après une semaine tendue et avant un sommet européen crucial.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Boris Johnson et son homologue irlandais Leo Varadkar ont affirmé jeudi entrevoir un «chemin vers un possible accord» sur le Brexit. Ils n'ont toutefois pas expliqué comment ils comptaient sortir de l'impasse à moins de trois semaines de la date prévue du divorce.

Malgré plusieurs jours de discussions techniques sur la frontière irlandaise sans avancée majeure, les deux dirigeants «continuent de croire qu'un accord est dans l'intérêt de tous», selon une déclaration commune publiée à l'issue d'une rencontre dans un manoir à Birkenhead, près de Liverpool.

«Ils ont convenu qu'ils pouvaient voir un chemin vers un possible accord», ajoute la même source. Jusqu'alors très pessimiste, le chef du gouvernement irlandais a jugé devant la presse un accord «possible d'ici à la fin octobre». «Il reste bien sûr des problèmes à régler», a-t-il reconnu. «J'espère que ce qui s'est passé aujourd'hui sera suffisant pour permettre la reprise des négociations à Bruxelles».

L'horloge tourne: il ne reste plus qu'une semaine avant un sommet européen crucial pour éviter une sortie de l'UE sans accord aux conséquences douloureuses le 31 octobre.

Dans cette optique, l'UE a donné jusqu'à vendredi au gouvernement britannique pour lui présenter un compromis acceptable sur la frontière et arriver à une séparation à l'amiable plus de trois ans après la victoire du «Leave» au référendum de juin 2016.

Question-clé

L'Irlande est une question-clé. Londres et Bruxelles ne parviennent pas à s'accorder sur la manière d'éviter un retour à une frontière physique entre l'Irlande du Nord, province britannique, et la République d'Irlande, qui restera membre de l'UE, et de préserver la paix sur l'île, qui a connu plusieurs décennies de violences.

Les dirigeants britannique et irlandais n'ont pas précisé comment ils comptaient surmonter les points de désaccord persistant ces derniers jours.

Signe de l'espoir suscité malgré tout par cette rencontre dans les milieux financiers qui craignent un «no deal», la livre sterling a profité de la nouvelle, se renforçant face au dollar et à l'euro.

La principale organisation patronale britannique, la CBI, avait exhorté jeudi matin les deux parties à «mettre toute leur énergie dans un compromis».

«Crise intérieure»

Jeudi, Emmanuel Macron a estimé que le Brexit est une «crise intérieure britannique, pas européenne». Qu'il y ait un accord pour une sortie de l'UE, pas d'accord ou une annulation du Brexit, «à la fin, c'est une responsabilité britannique», a ajouté le président français.

Depuis la présentation la semaine dernière par Boris Johnson d'un plan de Brexit, rejeté par les Européens, aucun progrès majeur n'a été annoncé.

Le négociateur en chef de l'UE Michel Barnier avait constaté mercredi devant le Parlement européen que «nous ne sommes pas au point d'envisager et de trouver un accord». Il doit rencontrer vendredi matin le ministre britannique du Brexit Steve Barclay.

Demande de report

Faute d'accord le 19 octobre, une loi impose au Premier ministre de demander un report de trois mois, bien qu'il ait promis un Brexit «coûte que coûte» le 31 octobre.

Cette demande de report devra être approuvée à l'unanimité des autres Etats membres.

Elle devra être motivée par la perspective d'élections anticipées ou d'un nouveau référendum, a souligné mercredi la secrétaire d'Etat française aux Affaires européennes, Amélie de Montchalin.

«Donner plus de temps dans les mêmes conditions, on le voit, ne nous donnerait pas énormément d'espoir qu'il se passe des choses différentes», a-t-elle ajouté devant la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale sur le Brexit.

(ats/nxp)

Créé: 10.10.2019, 16h48


Sondage

Elections fédérales: allez-vous voter?



Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.