Mardi 12 novembre 2019 | Dernière mise à jour 09:12

Cote d'Ivoire Dix ans de prison requis contre Simone Gbagbo

Le parquet général de Côte d'Ivoire a requis ce mardi dix ans de prison contre l'ex-première dame ivoirienne.

Le Parquet requiert dix ans de prison contre l'ancienne Première dame ivoirienne, Simone Gbagbo.

Le Parquet requiert dix ans de prison contre l'ancienne Première dame ivoirienne, Simone Gbagbo.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Simone Gbagbo est accusée de «participation à un mouvement insurrectionnel» durant la crise postélectorale de 2010-2011 qui a fait plus de 3000 morts en Côte d'Ivoire.

L'avocat général Simon Yabo Odi a également accusé Simone Gbagbo de «troubles à l'ordre public». «Simone Gbagbo a bel et bien participé à la constitution de bandes armées à Abobo», une commune d'Abidjan dont elle était députée, a affirmé Simon Yabo Odi. «Ses hommes ont permis l'érection de barrages et participé à un mouvement insurrectionnel», a-t-il poursuivi ce mardi 3 mars.

L'ex-première dame, entourée de ses avocats, s'est montrée impassible à l'énoncé des réquisitions. Lundi de la semaine dernière, elle avait eu l'air très à l'aise lors de sa première audition après quatre années de silence public.

Diatribe enflammée contre la France

Confrontée à cinq témoins, dont deux ont affirmé l'avoir vu livrer des armes à des jeunes d'Abidjan, Simone Gbagbo avait calmement nié. «Je ne me reconnais pas dans les faits. Je ne connais pas ces personnes». Parfois souriante, ironique ou cinglante, elle s'était aussi livrée à une diatribe enflammée contre la France et le régime ivoirien actuel.

Simone Gbagbo, 65 ans, surnommée «la Dame de fer» ivoirienne quand son mari Laurent était au pouvoir, a été autant respectée pour son parcours dans l'opposition que redoutée dans son rôle de «présidente» à poigne. Elle a souvent été accusée d'être liée aux «escadrons de la mort» contre les partisans d'Alassane Ouattara, élu président fin 2010, qu'elle a toujours honni.

82 personnes sont jugées avec elle depuis fin décembre pour des faits regroupés sous le chef d'accusation d'«atteintes à la sûreté de l'Etat» commis durant la crise de 2010-2011. Plus de 3000 personnes sont mortes entre décembre 2010 et mai 2011 en raison du refus de l'ex-président Gbagbo de reconnaître la victoire à la présidentielle de son adversaire Alassane Ouattara.

(afp/nxp)

Créé: 03.03.2015, 16h05

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.