Samedi 25 novembre 2017 | Dernière mise à jour 12:05

Syrie Des djihadistes ont pu s'échapper de Raqqa

Contrairement à ce qu'avait annoncé la coalition menée par les USA, des djihadistes, étrangers notamment, ont pu fuir Raqqa.

Image prétexte

Image prétexte Image: AFP

Galerie photo

Syrie: le groupe Etat islamique sous pression

Syrie: le groupe Etat islamique sous pression Le pouvoir a repris les principales villes du pays et le groupe Etat islamique doit faire face à une offensive sur plusieurs fronts.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il est «possible» que des djihadistes étrangers de l'Etat islamique (EI) aient pu s'échapper de Raqqa juste avant sa chute, a admis mardi la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis. Selon un reportage de la BBC, plusieurs centaines de combattants ont pu quitter la ville syrienne.

Juste avant la chute de la ville, dont le groupe Etat islamique (EI) avait fait la capitale de son «califat», un convoi, présenté comme transportant plus de 3000 civils, avait quitté Raqqa le 14 octobre, à la faveur d'un accord négocié avec le «conseil civil», une administration locale mise en place par les combattants antidjihadistes kurdes et arabes des forces démocratiques syriennes (FDS), soutenues par la coalition.

La coalition avait alors affirmé avoir reçu l'assurance des FDS que les combattants étrangers du groupe EI ne pourraient pas quitter la ville. Mais dans un reportage publié lundi, la BBC a rapporté les propos de plusieurs chauffeurs des véhicules du convoi, qui ont raconté avoir transporté plusieurs centaines de combattants lourdement armés, notamment des étrangers.

Attentats en Europe

Selon la BBC, plusieurs d'entre eux auraient réussi à passer en Turquie pour y préparer des attentats en Europe.

Interrogé mardi à ce sujet, le porte-parole de la coalition, le colonel Ryan Dillon, a reconnu que «sur les 3500 civils qui ont quitté Raqqa à ce moment-là, moins de 300 ont été identifiés comme de possibles combattants du groupe EI».

L'accord avec les FDS était que les photographies et les empreintes digitales de tous les hommes en âge de combattre seraient vérifiées pour éviter que des djihadistes connus puissent s'échapper, a ajouté le colonel Dillon. Mais «je ne peux pas dire avec 100% de certitude que chaque combattant ait été identifié à son départ de Raqqa», a-t-il ajouté.

Lorsque le convoi est parti de Raqqa, il a été surveillé par les drones de la coalition, mais il a été décidé de ne pas le bombarder en raison de la présence de ces 3000 civils, a-t-il expliqué.

Le groupe EI a perdu Raqqa le 17 octobre après de longs mois de combats contre les FDS. Maîtres d'un vaste territoire en Syrie et en Irak il y a encore quelque mois, les djihadistes sont désormais acculés dans une zone de l'ouest de l'Irak et de l'est de la Syrie qui est la cible de différentes offensives des deux côtés de la frontière. (ats/nxp)

Créé: 15.11.2017, 01h51


Sondage

Profitez-vous pleinement du Black Friday?





Sondage

Parvenez-vous à épargner, chaque mois?




S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.