Vendredi 17 novembre 2017 | Dernière mise à jour 22:11

Attaque en Allemagne Des doutes subsistent sur la nationalité de l'auteur

Selon la télévision ZDF, le jeune homme de 17 ans qui a blessé cinq personnes dans un train, lundi soir, ne serait pas afghan.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les autorités allemandes doutent que l'auteur de l'attentat à la hache de lundi soit bien afghan comme il l'affirmait et penchent plutôt pour une nationalité pakistanaise, a indiqué mercredi la chaîne de télévision publique ZDF.

Les premiers éléments de l'enquête laissent penser que le jeune réfugié de 17 ans s'est fait passer pour un Afghan à son arrivée dans le pays en juin 2015, afin d'avoir de meilleures chances d'obtenir l'asile, souligne la chaîne en citant des sources proches des services de sécurité allemands.

Accent pakistanais

L'analyse de la vidéo de l'auteur de l'attaque, diffusée mardi par le groupe djihadiste Etat islamique (EI), dans laquelle il annonce son acte et menace les «infidèles», a montré qu'il utilisait pour certains termes un dialecte pachto parlé au Pakistan et non en Afghanistan, selon ZDF. Son accent est aussi clairement pakistanais, ont indiqué des experts de cette langue à la chaîne, et un document pakistanais a été retrouvé dans sa chambre.

Par ailleurs, le nom de l'auteur donné par l'EI dans sa revendication, «Muhammad Riyad», ne correspond pas au nom sous lequel il était enregistré en Allemagne, à savoir Riaz Kahn, souligne ZDF.

Le ministre a dans le même temps fait état d'éléments plaidant pour une nationalité afghane. Les Pachtounes, dont était issu le demandeur d'asile de 17 ans, «vivent à la fois en Afghanistan et au Pakistan», a-t-il rappelé. Il a ajouté que le jeune homme avait été informé peu avant de passer à l'acte de la mort d'un ami en Afghanistan, qui «a peut-être constitué un élément déclencheur».

Le parquet anti-terroriste allemand a annoncé avoir ouvert une enquête pour soupçon «d'appartenance à une organisation terroriste étrangère», suite à la revendication par l'EI de l'attaque à la hache et au couteau à Wurtzbourg lundi soir, puis de la diffusion de la vidéo par le groupe djihadiste, .

Un cas entre la folie meurtrière et le terrorisme

Toutefois, le gouvernement allemand ne pense pas en l'état que l'EI a commandité l'attentat. «Beaucoup d'indications laissent penser qu'il s'agit d'un attentat commis par un seul auteur, qui s'est senti aiguillonné par la propagande du groupe Etat islamique», a souligné le ministre de l'Intérieur.

«C'est peut-être aussi un cas à la limite entre la crise de folie meurtrière et le terrorisme», a jugé M. de Maizière.

Par ailleurs, même si les opposants d'Angela Merkel se sont gardés jusqu'ici d'accuser la chancelière d'avoir permis l'attentat en ouvrant généreusement en 2015 les frontières du pays aux réfugiés, un débat a été amorcé sur la question des migrants.

Le ministre de l'Intérieur de la Bavière, Joachim Herrmann, a renouvelé mercredi une vieille requête de son parti conservateur, la CSU, d'un plafonnement du nombre de réfugiés autorisés à venir en Allemagne. La CSU, pourtant alliée à la CDU de Mme Merkel, a été à la pointe des critiques contre elle depuis l'automne 2015.

Avec une telle limite, «nous devons être en mesure de nous occuper vraiment de ceux qui ont besoin d'asile et de faire en sorte qu'ils ne dérapent pas» comme l'auteur de l'attentat de Wurtzbourg, a-t-il dit à la chaîne ARD.

Le porte-parole de Mme Merkel, Steffen Seibert, s'est lui élevé contre tout amalgame. L'attentat «ne justifie pas qu'on discrédite un groupe de personnes dans son ensemble», a-t-il dit.

Cinq blessés

Le jeune homme a blessé cinq personnes lundi soir à Wurtzbourg, dont deux très grièvement, en les frappant à coups de hache et de couteau. Quatre l'ont été dans un train, la cinquième, une femme, dans la rue alors qu'elle promenait son chien. L'homme a été finalement tué par la police.

Les enquêteurs ont retrouvé dans sa chambre une lettre d'adieu destinée à son père, dans laquelle il est écrit: «A présent, prie pour que je puisse me venger de ces mécréants et aller au ciel». (afp/nxp)

Créé: 20.07.2016, 07h33


Sondage

Faut-il préserver le secret bancaire pour les citoyens suisses?




S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.