Lundi 23 septembre 2019 | Dernière mise à jour 04:38

Crise des migrants L'Eglise orthodoxe bulgare veut refouler les musulmans

L'Église chrétienne orthodoxe bulgare, à laquelle appartient plus de 80% de la population, a appelé le gouvernement à ne plus laisser entrer de migrants musulmans.

Un père et son fils syriens à la frontière bulgare.

Un père et son fils syriens à la frontière bulgare. Image: AFP

Galerie photo

Crise migratoire: les réfugiés tentent leur chance dans les Balkans   (oct.2015-avr.2016)

Crise migratoire: les réfugiés tentent leur chance dans les Balkans (oct.2015-avr.2016) Des milliers de réfugiés fuyant les conflits sanglants au Moyen-Orient traversent les Balkans cherchant abri dans l'Union européenne.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Bulgarie est un des pays de transit pour des milliers de personnes cherchant à se rendre de Turquie en Europe de l'Ouest. L'Eglise chrétienne orthodoxe de ce pays s'oppose à l'entrée de migrants musulmans.

«Nous aidons les réfugiés déjà arrivés dans notre patrie, mais le gouvernement ne doit en aucun cas laisser entrer plus de réfugiés», souligne le Saint Synode, corps dirigeant de l'Église, dans une déclaration sur son site internet. «Il s'agit d'une vague qui adopte tous les traits de l'invasion», estime-t-il.

Située au centre des Balkans, la Bulgarie est contournée par le principal flux de migrants arrivant en Grèce, qui se dirige ensuite via la Macédoine et la Serbie vers l'Europe occidentale. Elle est cependant un pays de transit pour les Syriens, Afghans et Irakiens cherchant à se rendre de Turquie en Europe de l'Ouest.

Les problèmes dans les pays d'origine des réfugiés «doivent être résolus par ceux qui les ont créés et le peuple bulgare ne doit pas en payer le prix par sa disparition», ajoute le Saint Synode.

Aucune tension majeure

La Bulgarie est le pays de l'Union européenne au taux le plus élevé de musulmans - environ 13% - dont des Turcs, des Bulgares islamisés lors de la domination ottomane (du 14e siècle au 19e siècle) et certains Roms. Malgré une méfiance de l'opinion publique à l'égard des minorités, aucune tension majeure ne s'est produite depuis la fin du communisme en 1989.

Le premier ministre conservateur Boïko Borissov s'était dit vendredi «inquiet» d'un éventuel afflux massif de migrants dans les prochains mois. «J'ai peur et le peuple bulgare a peur, ne serait-ce qu'en ce qui concerne les religions. Nous sommes chrétiens, ils sont musulmans». (ats/nxp)

Créé: 26.09.2015, 12h32

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.