Vendredi 19 octobre 2018 | Dernière mise à jour 12:38

Météo Eleanor: 200 000 foyers français privés d'électricité

La tempête Eleanor frappe également la France depuis ce matin. La Bretagne, la Manche, le Nord et la région parisienne ont été touchés par des rafales à 147 km/h, alors que la tempête poursuivait sa route notamment vers la Suisse.

200 000 foyers français sont actuellement privés d'électricité.

200 000 foyers français sont actuellement privés d'électricité. Image: Fotolia

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un total de 200'000 foyers français étaient privés d'électricité mercredi à 9h00 après l'arrivée de la tempête Eleanor, a annoncé le groupe Enedis. Plusieurs régions ont été touchées par des rafales supérieures à 120 km/h, alors que la tempête se dirigeait vers l'est.

Les principales régions touchées ont été jusqu'à présent la Normandie avec 50'000 foyers sans courant électrique, la Picardie (30'000), la Lorraine (30'000), l'Ile-de-France (30'000), la Champagne-Ardenne (20'000) et le Nord Pas-de-Calais (15'000), a indiqué Enedis dans un communiqué.

Environ 2000 agents travaillent à rétablir la situation, mais Enedis ne donne aucune heure de retour à la normale. Le groupe précise en outre que «la situation reste très évolutive, car la tempête continue de souffler violemment et se déplace sur d'autres régions». Le gestionnaire du réseau de distribution d'électricité a rappelé qu'il ne fallait en aucun cas tenter de toucher des câbles tombés à terre.

Vigilance orange

Eleanor a commencé à toucher la France dans la nuit de mardi à mercredi. Et une cinquantaine de départements ont été placés en vigilance orange en Bretagne, en région parisienne, dans les Hauts-de-France, dans le Grand-Est, en Bourgogne-Franche-Comté, dans les Alpes du Nord, les Alpes-Maritimes et en Corse. Presque tous les départements du littoral nord sont d'autre part placés en vigilance orange vagues-submersion et quatre autres départements en vigilance orange inondations.

En raison de ces rafales, la circulation des camping-cars, des véhicules tractant une caravane, des poids-lourds à vide, des motos et des piétons est interdite sur des ouvrages particulièrement exposés comme le pont de Normandie et le viaduc du Grand Canal (ouest). Un skipper qui avait lancé un appel de détresse, les voiles de son bateau étant déchirées et dans l'eau, a été secouru dans la nuit de mardi à mercredi, dans le détroit des Casquets (Manche).

Quatrième tempête

Eleanor poursuivra sa route mercredi dans la matinée vers le nord-est du pays et la Corse. Des rafales allant jusqu'à 200 km/h sont attendues sur l'île méditerranéenne. Dans les Alpes du Nord, les vents vont se renforcer pour atteindre 100 km/h aux altitudes moyennes (stations de ski) et jusqu'à 180 km/h plus en hauteur. C'est la quatrième tempête à toucher le pays depuis début décembre, après Ana, Bruno et Carmen. Cette dernière a quitté la France dans la nuit de lundi à mardi, après avoir balayé notamment la Bretagne, le littoral atlantique et la Corse, avec des rafales à plus de 130 km/h. (ats/lematin.ch/Le Matin)

Créé: 03.01.2018, 10h15

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters