Mardi 16 octobre 2018 | Dernière mise à jour 22:54

Thaïlande Electrocuteur d'éléphants récidiviste recherché

Un homme travaillant dans une plantation d'ananas est activement recherché par la police thaïlandaise. Il est en fuite.

La Thaïlande compte de nombreux camps où des milliers d'éléphants domestiques sont entravés par des chaînes pendant leur repos.

La Thaïlande compte de nombreux camps où des milliers d'éléphants domestiques sont entravés par des chaînes pendant leur repos. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La police thaïlandaise a annoncé mardi être à la recherche d'un cultivateur d'ananas soupçonné d'avoir électrocuté deux éléphants, dont le dernier est décédé dimanche, pour protéger sa plantation.

«Il avait une brûlure sur sa trompe et son flanc», a expliqué à l'AFP Phadet Laithong, responsable du parc national d'Aung Ruenai, dans la province de Chonburi, non loin de Bangkok.

La plantation d'ananas se trouvait à proximité du parc national où vivent des éléphants sauvages, comme c'est souvent le cas à travers ce pays très agricole.

Un récidiviste en fuite

L'homme soupçonné d'avoir mis en place le système de clôture électrique avec un voltage suffisamment puissant pour tuer un pachyderme est un récidiviste, en fuite. Le 25 mars, une éléphante était déjà morte électrocutée sur la plantation où il était employé comme ouvrier agricole, mais il avait été libéré sous caution.

«J'espère qu'il se rendra bientôt», a précisé le capitaine de police Chutiwat Thonthan. L'éléphant tué cette fois-ci était un mâle d'une trentaine d'années pesant quatre tonnes. Soraida Salwala, fondatrice de l'ONG «Friends of the Asian Elephant» s'est dite «anéantie» par ce drame, qui faisait les gros titres de journaux télévisés mardi en Thaïlande.

«J'ai appelé à la création d'un fonds d'urgence pour indemniser les fermiers dont la récolte est mangée par des éléphants», a-t-elle dit à l'AFP. «Aucun animal ne devrait être électrocuté», a-t-elle insisté, alors que ce genre de dispositif radical est rare en Thaïlande, où les plantations sont généralement protégées par des clôtures classiques.

Zones empoisonnées

En Indonésie, des agriculteurs soucieux de protéger, notamment des plantations d'huile de palme, vont jusqu'à empoisonner les zones où les éléphants sauvages vont habituellement s'alimenter.

La Thaïlande compte de nombreux camps où des milliers d'éléphants domestiques sont entravés par des chaînes pendant leur repos et passent la journée à transporter sur leur dos des vacanciers. Mais quelque 4000 autres sont sauvages et vivent en liberté dans des parcs naturels, où les touristes ne peuvent les regarder que de loin, accompagnés de rangers. (afp/nxp)

Créé: 17.04.2018, 11h21

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.