Lundi 16 décembre 2019 | Dernière mise à jour 00:00

Royaume-Uni Contre l'élevage intensif de chiots et de chatons

Londres veut réglementer l'élevage et la vente d'animaux de compagnie pour lutter contre certaines pratiques «épouvantables».

Image: Archives/Photo d'illustration/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le gouvernement britannique veut interdire la vente de chiots et chatons en dehors des éleveurs et refuges animaliers afin de lutter contre les «conditions épouvantables» dans lesquelles sont parfois élevés les animaux de compagnie destinés à la vente.

«L'interdiction des ventes par des tiers garantira aux animaux de compagnie (...) un bon départ dans la vie», a déclaré le ministre de l'Environnement Michael Gove, en lançant mercredi une consultation sur le sujet. Cette mesure vise à mettre fin aux pratiques «épouvantables» de certaines fermes d'élevage intensif de chiots et chatons, a expliqué le gouvernement.

«Commerce misérable»

Ces pratiques incluent «la séparation précoce des chiots et des chatons de leur mère, leur introduction dans des environnements nouveaux et inconnus et la probabilité accrue de voyages multiples que les chiots ou les chatons doivent entreprendre. Tout cela peut contribuer à un départ chaotique dans la vie et conduire à de graves problèmes de santé et de socialisation», détaille le ministère de l'Environnement. «Les gens qui négligent complètement le bien-être des animaux de compagnie ne pourront plus profiter de ce commerce misérable», a insisté M. Gove.

Caroline Kisko, une responsable du Kennel Club, une organisation de protection des animaux, a salué une politique, qui lorsqu'elle «sera mise en oeuvre, mettra fin aux souffrances de nombreux chiens». «Elle enverra le message très fort aux acheteurs de chiots qu'il n'est jamais acceptable de voir un chiot dans un environnement autre que celui dans lequel il est né et a été élevé, et avec sa mère», a-t-elle ajouté.

Cette consultation intervient à l'issue d'une intense campagne de sensibilisation menée autour du cas de Lucy, une chienne maltraitée, forcée de mettre bas plusieurs fois par an dans une ferme d'élevage, et dont l'histoire avait ému les Britanniques. A la suite de cette affaire, une pétition adressée au Parlement britannique réclamant un plus strict encadrement de la vente d'animaux de compagnie avait recueilli près de 150'000 signatures. (afp/nxp)

Créé: 22.08.2018, 13h30

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.