Jeudi 4 juin 2020 | Dernière mise à jour 07:40

France Un élève braque une arme factice sur sa professeur

Un adolescent a menacé son enseignante dans un lycée de Créteil avec un faux pistolet. Il a été interpellé et une plainte a été déposée.

Sur les images, l'enseignante, assise devant un ordinateur, semble plus lasse que paniquée.

Sur les images, l'enseignante, assise devant un ordinateur, semble plus lasse que paniquée. Image: Youtube

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Deux adolescents de 16 ans ont été placés en garde à vue après la diffusion d'une vidéo montrant un élève en train de braquer une arme factice sur sa professeur dans un lycée de Créteil, a-t-on appris samedi de sources concordantes.

La vidéo relayée sur les réseaux sociaux, comme l'a relevé le Parisien, montre un adolescent debout dans une salle de classe, menaçant l'enseignante avec un pistolet, tout en lui demandant de l'inscrire «présent» et non «absent».

Sur les images, l'enseignante, assise devant un ordinateur, semble plus lasse que paniquée, s'adressant dans un second temps à un autre élève. On y entend le rire de celui qui filme et un certain chahut est perceptible dans la classe.

Plainte déposée

La professeur a porté plainte le lendemain des faits, vendredi, accompagnée de sa hiérarchie, a indiqué le rectorat de Créteil.

Un adolescent de 16 ans, soupçonné d'avoir introduit la réplique d'arme dans l'établissement, a été interpellé vendredi à son domicile, a précisé le parquet de Créteil.

Un autre adolescent du même âge, soupçonné d'être celui qui brandit l'arme, s'est rendu avec son père au commissariat dans la soirée de vendredi, selon une source proche du dossier. Il a lui aussi été placé en garde à vue.

Le rectorat de Créteil a condamné «très fermement cet acte» et en précisant que l'enseignante avait le «soutien» de l'institution. Des «mesures adaptées seront prises» au niveau disciplinaire, a-t-on ajouté au rectorat.

La vidéo suscitait samedi des réactions politiques à droite et l'extrême droite. La présidente LR de la région Ile-de-France Valérie Pécresse s'est dite sur Twitter «scandalisée par ce nouvel acte de violence commis par des élèves mineurs» tout en demandant des «sanctions exemplaires».

(afp/nxp)

Créé: 21.10.2018, 15h48

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.