Vendredi 22 novembre 2019 | Dernière mise à jour 15:36

France Eliminé, Fillon face à ses déboires judiciaires

Faute de s'être qualifié pour le second tour, François Fillon a perdu toute chance de devenir président et d'être ainsi protégé par l'immunité totale.

Le 14 mars, en pleine campagne, François Fillon s'est vu signifier par les juges les charges retenues contre lui, notamment «détournement de fonds publics» et «recel d'abus de biens sociaux».

Le 14 mars, en pleine campagne, François Fillon s'est vu signifier par les juges les charges retenues contre lui, notamment «détournement de fonds publics» et «recel d'abus de biens sociaux». Image: AFP

Galerie photo

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le conservateur François Fillon, éliminé dès le premier tour de la présidentielle française, va devoir faire face à ses déboires judiciaires. Rien n'empêche en effet désormais la poursuite des investigations le visant dans l'enquête sur les soupçons d'emplois fictifs de son épouse.

Premier candidat de droite à ne pas se qualifier pour un second tour, l'ancien premier ministre de Nicolas Sarkozy (2007-2012), actuellement député, a annoncé lundi ne pas se sentir légitime pour mener le combat à venir des législatives (11-18 juin). Il a dit vouloir «redevenir un militant de coeur» de son parti.

François Fillon a été aussi le premier candidat majeur d'une élection à être inculpé pendant une campagne présidentielle: le 14 mars, il s'est vu signifier par les juges les charges retenues contre lui, notamment «détournement de fonds publics» et «recel d'abus de biens sociaux».

L'emploi de son épouse Penelope comme assistante parlementaire - de 1986 à 2013 avec des interruptions -, révélé fin janvier par l'hebdomadaire satirique Le Canard enchaîné, est au coeur de l'affaire qui a bouleversé toute la campagne, occultant parfois les enjeux du scrutin, dont le premier tour s'est tenu dimanche.

Pas d'immunité

Faute de s'être qualifié pour le second tour, M. Fillon, pourtant parti grand favori de l'élection, a perdu toute chance de devenir président et d'être ainsi protégé par l'immunité totale dont bénéficie un chef de l'Etat en exercice. Cela aurait empêché toute nouvelle convocation par les juges d'instruction pendant son mandat.

«L'enquête a jusqu'ici été menée au pas de charge, il n'y a pas de raison pour que les investigations ne se poursuivent pas à un rythme soutenu à l'encontre de l'ex-premier ministre», relevait lundi une source proche du dossier.

Lors de son premier rendez-vous avec les juges, M. Fillon avait refusé de répondre aux questions, se contentant de lire une simple déclaration, invoquant le «calendrier» judiciaire, «en plein coeur de la campagne présidentielle». Il avait aussi défendu la réalité de l'emploi de son épouse.

Nouvelle audition sur le fond

«Une nouvelle audition va permettre de l'interroger sur le fond», a relevé la source proche du dossier, rappelant que Penelope Fillon avait été entendue «pendant plus de douze heures avant sa mise en examen» le 28 mars.

Les enquêteurs s'interrogent en particulier sur la réalité des emplois de la discrète épouse, comme collaboratrice parlementaire auprès de son mari, puis de son suppléant à l'Assemblée, Marc Joulaud, de 1986 à 2013, pour 680'380 euros nets d'émoluments au total, payés sur les deniers publics.

Comme le site d'information en ligne Mediapart l'a révélé il y a deux semaines, «Penelope Fillon a été rémunérée dès 1982 par son époux pour des missions à l'Assemblée», d'après la source proche du dossier, mais «l'enquête ouverte par le parquet national financier (PNF) ne porte pas à ce stade sur cette période».

Les investigations portent aussi sur deux des enfants du couple, Marie et Charles, embauchés comme assistants de leur père de 2005 à 2007 lorsqu'il était sénateur. Et sur de possibles abus de biens sociaux alors que Penelope Fillon a été employée de mai 2012 à décembre 2013 dans une revue littéraire, propriété de l'homme d'affaires Marc Ladreit de Lacharrière, un proche de M. Fillon.

L'affaire des costumes

Le PNF a élargi le 16 mars son enquête à des soupçons d'escroquerie aggravée et de trafic d'influence. Concernant l'escroquerie, les enquêteurs se demandent si le couple n'a pas cherché à minimiser la durée du travail censé avoir été effectué par Penelope Fillon à la Revue des deux mondes alors qu'elle était, de juillet 2012 à novembre 2013, salariée du magazine et assistante parlementaire de son mari, deux emplois rémunérés à temps plein.

Les soupçons de trafic d'influence portent, eux, sur des costumes offerts au candidat Fillon par l'un de ses amis, l'avocat Robert Bourgi, figure des réseaux français en Afrique. A ce jour, hormis le couple Fillon - dont les avocats n'ont pas souhaité s'exprimer -, seul Marc Joulaud a été mis en examen. (ats/nxp)

Créé: 25.04.2017, 14h40

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.